Le capelage en surface « pas à pas »

ÉquilibreAu cours des formations auxquelles je suis amené à contribuer, j’ai pu constater qu’un geste technique, pourtant assez simple, est globalement mal maîtrisé par les plongeuses et plongeurs en formation. Je veux parler de la séquence capelage / décapelage en surface. En effet, en observant attentivement les stagiaires qui « passent entre mes mains », j’ai pu observer un manque de fluidité et d’automatisme sur la réalisation des différents gestes à enchaîner. L’idée m’est donc tout naturellement venue, de remettre à plat l’enchaînement attendu afin de donner des éléments factuels, aussi bien aux moniteurs qu’aux stagiaires qui doivent enseigner et réaliser cette séquence. Ce court billet aura donc comme objectif de détailler « pas à pas » la réalisation du capelage, et donner quelques trucs supplémentaires, notamment sur la séquence de décapelage en surface, en fin de plongée.

Lire la suite…Le capelage en surface « pas à pas »

Le Nitrox, oui, mais pour quoi faire ?

Blocs NitroxQuand on développe ses compétences de plongeur, on est tôt ou tard « confronté » à la proposition d’effectuer la formation « Plongeur Nitrox ». Au sein de mon club, depuis 6 ans, nous avons intégré cette formation au cursus PA20 / Niveau 2, afin que les stagiaires obtiennent directement cette qualification, et aussi pour que les moniteurs augmentent leur niveau de sécurité. Cette généralisation a eu comme effet que je ne plonge quasi plus à l’air. L’idée de ce billet est donc de faire un petit bilan personnel et de rappeler les avantages supposés et les contraintes d’utilisation des mélanges suroxygénés (sans tomber dans l’hagiographie du Nitrox, on trouve déjà beaucoup de littérature sur le Web à ce sujet !). Je rappellerai donc les contenus des formations dédiées, à qui elles s’adressent, et  la façon dont j’appréhende leurs usages.

Lire la suite…Le Nitrox, oui, mais pour quoi faire ?

M’agrada el busseig a L’Estartit ! (¡Me gusta bucear en L’estartit!) (J’aime plonger à L’estartit !)

Vue aérienne Iles Medes

Pour les vacances de printemps, avec S., ma binôme préférée, nous avons décidé de retourner tremper nos palmes en Espagne, et plus précisément à L’estartit, fameux petit village de Catalogne qui est connu des plongeurs comme la porte d’accès à la réserve naturelle des îles Médès. C’est maintenant la troisième fois que nous y allons, même si ce n’est que la deuxième fois que j’y plonge, la faute à une méchante sciatique qui m’avait cloué au lit il y a deux ans. Il y a pléthore de centres de plongées à L’estartit, si vous voulez y plonger, vous n’aurez que l’embarras du choix ! En ce qui nous concerne, nous faisons confiance au centre de plongée « OceanSub Estartit » animé par les très sympathiques et compétents Gemma Aymerich et David Carbó. Comme à mon habitude, vous trouverez ci-dessous un compte-rendu de nos plongées, afin que ceux et celles qui souhaitent aller s’immerger là-bas aient une meilleure idée de ce qui les attend…

Lire la suite…M’agrada el busseig a L’Estartit ! (¡Me gusta bucear en L’estartit!) (J’aime plonger à L’estartit !)

La redondance, oui, mais jusqu’où ?

RedondanceAu cours des formations de plongeurs que je suis amené à dispenser avec mes copains moniteurs (et monitrices), il y a toujours un moment où nous évoquons le principe de redondance… Notamment quand nous formons des plongeurs  N1, et que nous leur présentons l’usage de l’octopus, ou bien lorsque nous formons des plongeurs autonomes PA20 ou Niveau 2 et que je conseille toujours d’avoir un moyen de décompression alternatif au cas où son ordinateur tombe en panne, ou encore quand je forme des plongeurs N3, et que j’explique les problématiques du « What If ? » (qu’est ce qu’il se passe si ?) comme illustration de la nécessité de la planification et de la redondance. L’idée de ce billet, est donc de faire un point assez général sur le principe de redondance, et ce qu’il recouvre, d’en explorer les limites et de proposer quelques démarches où l’on peut soit l’alléger, soit le renforcer… Bien entendu, je ne prétends pas ici asséner des vérités immuables, mais plutôt porter des pistes de réflexion : Comme le dit l’adage populaire, « Un(e) plongeur(euse) averti(e) en vaut deux ! »

Lire la suite…La redondance, oui, mais jusqu’où ?

Bascule avant ou bascule arrière ? That is ze Question !

Bascule ArrièreQuand un plongeur prépare le Niveau 1 de plongeur, ses moniteurs lui apprennent, conformément au Manuel de Formation Technique, en particulier sur le chapitre « Plongeur Niveau 1« , différentes techniques de mise à l’eau. Si on exclut la mise à l’eau par descente à l’échelle et le capelage en surface, il reste deux techniques à appréhender : le saut droit et la bascule arrière. Il existe cependant une troisième technique qu’il peut être intéressant d’enseigner : il s’agit de la « Bascule Avant ». L’objectif de ce petit billet est donc de détailler par le menu les techniques standard, et d’expliquer pourquoi j’aime la bascule avant, et en quoi je trouve, dans certaines conditions, cette façon de se mettre à l’eau plus sécurisante que la bascule arrière…

Lire la suite…Bascule avant ou bascule arrière ? That is ze Question !

Ma combinaison étanche et la formation qui va avec !

Dans un article récent, je donnais quelques pistes pour aider au choix d’une combinaison de plongée, j’annonçais d’ailleurs dans cet article que je sautais le pas et que je me lançais dans l’investissement d’une combinaison étanche. J’ai réalisé mon achat, et j’ai pu profiter du salon de la plongée pour comparer divers modèles. J’avais restreint mon choix sur quatre modèles. Dans ce billet, je vais présenter les modèles que j’avais « short-listés », ainsi que le modèle qui a emporté ma décision, avec les critères que j’ai retenu. Dans la deuxième partie, je vais présenter la formation à l’utilisation d’une combinaison étanche que je vais suivre au sein du club dont je suis adhérent, le GEASM. Le contenu de cette formation a été mis au point par mon ami C. (que je remercie au passage pour le partage) et qu’il a gentiment accepté de me dispenser. On peut aussi trouver des cursus en ligne tel celui proposé par Patrick Poincelet au sein de la CTR Ile de France, en effet les supports présentant ce type de qualification ne manquent pas sur le sujet …

Lire la suite…Ma combinaison étanche et la formation qui va avec !

L’examen N4 FFESSM Version 3.2 : Du changement dans la continuité !

Niveau 4Depuis le 10 Juin 2013, Le diplôme FFESSM de Guide Palanquée – Niveau 4 a subi de nombreuses évolutions, voulues pour certaines, et subies pour d’autres. Force est de constater que les modifications apportées se succèdent et tendent à montrer une « instabilité » dans le contenu des épreuves. Le 20 Février 2018, la Commission Technique Nationale (CTN) a publié une nouvelle version des épreuves composant l’examen de Guide de Palanquée. L’idée de ce billet est donc de faire le point sur toutes les évolutions effectives depuis la « Grande Réforme » de 2013, et de détailler les nouveautés portées par cette nouvelle version. Enfin, et sans remettre en cause mon devoir de réserve, en tant que Moniteur Fédéral FFESSM, je porterai un commentaire personnel sur ces évolutions à répétition (dans un esprit bienveillant, il va de soi).

Lire la suite…L’examen N4 FFESSM Version 3.2 : Du changement dans la continuité !

Comment choisir et fixer son couteau de plongée ?

couteau EspadonLe poignard de plongée est un accessoire inséparable du plongeur dans l’imaginaire collectif, c’est en quelque sorte une image d’Épinal. Ainsi, on représente toujours le plongeur avec son couteau accroché au mollet, ce dernier servant aussi de support au tuba du plongeur ! Cette image, bien que ne correspondant plus trop à la réalité (à part chez quelques « anciens » plongeurs, est toujours très fortement ancrée et est en quelque sorte un archétype ! En allant dans vos magasins préférés, ou en furetant sur la toile, on peut facilement se rendre compte que l’offre du marché est très très imposante : on a que l’embarras du choix. Je me retrouve donc souvent confronté à mes stagiaires qui me posent la question classique : « qu’est ce que tu me conseillerais comme couteau ? » (Cette question est en fait assez générique, il suffit de remplacer couteau par gilet stabilisateur, combinaison, détendeur, ordinateur, … le tout est juste fonction du contexte !)… L’idée de ce petit billet est donc de rappeler brièvement pourquoi les plongeurs et plongeuses « s’embarrassent » avec cet accessoire, et de proposer quelques critères de choix pour vous aider à déterminer quel est le couteau de plongée qui vous conviendra…

Lire la suite…Comment choisir et fixer son couteau de plongée ?

Un exemple de prise de sauvetage

SauvetageSuite à la remise à la une (qui a amené beaucoup de trafic sur le site, merci à vous toutes et tous !) de l’article sur mes conseils pour (bien) réussir une assistance d’un plongeur en difficulté, j’ai été pas mal questionné sur les réseaux sociaux au sujet des techniques de prise de sauvetage. Notamment par mon ami M. qui m’a sollicité par rapport à une prise en passant la main sous la sangle transversale qu’on trouve sous beaucoup de gilets aujourd’hui. J’ai donc eu l’idée de détailler dans un billet la prise de sauvetage que j’enseigne (et donc que je préconise ) et qui va permettre de réaliser une action de sauvetage sur un plongeur en « PCI » (Perte de Connaissance Initiale) pour employer le terme consacré par les secouristes pour désigner un « syncopé ». L’objet de la suite est donc de proposer un séquencement d’actions très détaillé pour permettre à tous les stagiaires en cours d’acquisition de ce geste de pouvoir se l’approprier et le réaliser dans de bonnes conditions !

Lire la suite…Un exemple de prise de sauvetage

La liberté pédagogique du moniteur : Un plus pour le stagiaire ?

Lorsque je suis amené à former des plongeurs sur divers brevets, j’ai souvent le retour de leur part que « tel moniteur m’a dit de faire comme ça, et toi, tu m’indiques une autre façon »… De fait les stagiaires sont souvent interloqués par des postures prises par les moniteurs car elles peuvent les perturber dans leur compréhension des attendus pour réussir les gestes qu’il leur est demandé de réaliser : ainsi tel moniteur expliquera à ses stagiaires que pour envoyer un parachute de palier, il n’y a pas de « salut » hors de l’usage d’un « spool » tandis que tel autre moniteur favorisera l’usage du bout enroulé autour du plomb de parachute, et qu’un troisième préférera voir ses stagiaires lover en « 8 » le même bout… L’objet de ce petit billet est donc de faire le point sur ses aspects, de proposer une méthodologie que va permettre aux stagiaires de progresser en cohérence, et de comparer les autres approches, notamment celles des écoles américaines (PADI, SSI, SDI pour ne citer qu’eux).

Lire la suite…La liberté pédagogique du moniteur : Un plus pour le stagiaire ?

Donec nec Curabitur ut sem, elit.
%d blogueurs aiment cette page :