Bascule avant ou bascule arrière ? That is ze Question !

Bascule ArrièreQuand un plongeur prépare le Niveau 1 de plongeur, ses moniteurs lui apprennent, conformément au Manuel de Formation Technique, en particulier sur le chapitre « Plongeur Niveau 1« , différentes techniques de mise à l’eau. Si on exclut la mise à l’eau par descente à l’échelle et le capelage en surface, il reste deux techniques à appréhender : le saut droit et la bascule arrière. Il existe cependant une troisième technique qu’il peut être intéressant d’enseigner : il s’agit de la « Bascule Avant ». L’objectif de ce petit billet est donc de détailler par le menu les techniques standard, et d’expliquer pourquoi j’aime la bascule avant, et en quoi je trouve, dans certaines conditions, cette façon de se mettre à l’eau plus sécurisante que la bascule arrière…

Lire la suite…Bascule avant ou bascule arrière ? That is ze Question !

Un exemple de prise de sauvetage

SauvetageSuite à la remise à la une (qui a amené beaucoup de trafic sur le site, merci à vous toutes et tous !) de l’article sur mes conseils pour (bien) réussir une assistance d’un plongeur en difficulté, j’ai été pas mal questionné sur les réseaux sociaux au sujet des techniques de prise de sauvetage. Notamment par mon ami M. qui m’a sollicité par rapport à une prise en passant la main sous la sangle transversale qu’on trouve sous beaucoup de gilets aujourd’hui. J’ai donc eu l’idée de détailler dans un billet la prise de sauvetage que j’enseigne (et donc que je préconise ) et qui va permettre de réaliser une action de sauvetage sur un plongeur en « PCI » (Perte de Connaissance Initiale) pour employer le terme consacré par les secouristes pour désigner un « syncopé ». L’objet de la suite est donc de proposer un séquencement d’actions très détaillé pour permettre à tous les stagiaires en cours d’acquisition de ce geste de pouvoir se l’approprier et le réaliser dans de bonnes conditions !

Lire la suite…Un exemple de prise de sauvetage

À quoi peut ressembler une journée de formation Niveau 4 ?

Logo FFESSM Niveau 4La formation « Niveau 4 – Guide de Palanquée » jouit d’une réputation de formation exigeante, fatigante, voire « Commando ». À chaque fois qu’on me pose la question si il s’agit d’une formation difficile, j’essaie de la démystifier. Certes, c’est une formation qui nécessite un investissement personnel supérieur aux autres formations, mais elle ne présente pas de difficulté intrinsèque, le but étant de démontrer un niveau moyen à l’ensemble des épreuves. Comme je contribue cette année à la formation Guide de Palanquée du Codep 44, en appui de la Commission Technique Départementale, je me suis dit qu’il pouvait être intéressant de décrire le contenu d’une journée type, afin d’éclaircir les attendus, et de désacraliser cette formation. Comme j’ai pu participer à un regroupement très récemment, je vais raconter dans la suite de ce billet comme s’est déroulée la journée en question.

Lire la suite…À quoi peut ressembler une journée de formation Niveau 4 ?

La RSE « Nouvelle Version », plus dure ou plus facile ?

Bulles RSELa réforme de l’examen de « Plongeur Niveau 4 – Guide de Palanquée » a notamment remis au programme une démonstration technique qui  fait beaucoup débattre le petit monde de l’école française de plongée. Je veux bien parler de l’épreuve de « Remontée Sans Embout de 25 mètres à 10 mètres », qu’on appelle plus communément la « Nouvelle RSE ». Pour avoir échangé avec quelques moniteurs, il m’est apparu que beaucoup d’entre eux (moi y compris) ne se sentaient pas très à l’aise avec l’enseignement de ce geste technique. L’objet de ce billet est donc de décortiquer cette épreuve, de tenter de décrire une progression possible pour son enseignement, et de faire un retour d’expérience sur ma façon de réaliser cette RSE, et de ce que j’en ai ressenti ! Je vais donc reprendre le texte intégral du MFT pour détailler très précisément ce qui est attendu du candidat, pour ensuite mettre en évidence les changements survenus.

Lire la suite…La RSE « Nouvelle Version », plus dure ou plus facile ?

Comment ajuster son lestage ?

EnclumeA chaque saison où je suis amené à former des plongeurs (de tous niveaux), j’insiste toujours sur le fait de veiller à avoir un lestage adapté. en effet, je vois trop souvent des plongeurs et plongeuses se charger en plomb de façon immodérée tout simplement à cause d’un manque de confiance en soi, de défaut de maîtrise des techniques d’immersion, ou de manque de maîtrise de l’équilibre. Il est en effet préoccupant de voir des plongeurs aguerris se lester avec une ceinture de plomb de 6 à 7 kilos, plus 1 à 2 kilos dans les poches à plomb de la stab, tout en plongeant avec un bloc 15 litres acier (de type gueuse !). L’approche du lestage a beaucoup évolué en quelques années : je me souviens quand j’ai débuté à pratiquer notre sport favori, les moniteurs et encadrants nous donnaient une règle d’or : 1 kg de plomb par 10 kg de poids ! (et nous plongions sans gilet à l’époque). Alors comment identifier le bon lestage, quels rituels faut-il mettre en place, et quel équipement utiliser ? C’est ce que je vais tenter de détailler dans la suite de ce billet.

Lire la suite…Comment ajuster son lestage ?

VDM : Vie de M… ou… Vidage de Masque ?

Vidage de MasqueJ’ai eu récemment à intervenir pour aider des copains moniteurs qui se sentaient démunis face à un stagiaire préparant le Niveau 1 qui présentait de grandes difficultés quant à la réalisation du vidage de masque. J’ai donc proposé mon aide pour tenter de lui permettre de remédier à cet obstacle dans l’apprentissage de ce geste technique. Mon intervention m’a donné l’idée de remettre sur le papier une petite progression pour faciliter l’apprentissage de cet exercice. Voici donc quelques petits trucs destinés aux plongeurs débutants (et confirmés) qui ont encore des appréhensions par rapport à cette compétence. Bien entendu, il ne s’agit pas d’une liste définitive, mais plutôt d’une progression à effectuer petit à petit (comme un ensemble de petits trucs à connaître) pour simplement être capable de réaliser un vidage de masque de façon détendue et fluide. Comme toujours, mon article n’est pas le premier (ni le dernier) sur ce point ! En effet, on trouve de nombreux articles sur le net sur ce sujet, je citerai comme point d’entrée celui-ci.

Lire la suite…VDM : Vie de M… ou… Vidage de Masque ?

Pourquoi il ne faut jamais redescendre seul pour remonter l’ancre…

La PerleLorsqu’on rejoint le monde de l’encadrement (en passant le diplôme de Guide de Palanquée), on a tôt ou tard la charge de retourner gonfler le parachute de relevage pour aider à remonter l’ancre du bateau. Tous les plongeurs et plongeuses que je connais (y compris moi-même) ont toutes et tous été fiers de la confiance que leur accorde le Directeur de Plongée quand il dit : « X, tu pourras redescendre gonfler le parachute si il te reste suffisamment de gaz ? ». Le regard croise alors celui du DP et un hochement de tête signifie oui, j’y vais… Pourtant redescendre seul même sur un fond de 10 à 15 mètres est totalement accidentogène et en contradiction totale avec tout l’enseignement qui nous a été délivré et que nous, moniteurs, continuons à transmettre à nos apprenants en rappelant la règle d’or « Seul, jamais tu ne plongeras ». J’ai moi-même pratiqué cet exercice en solo plusieurs fois (et je suis forcé de reconnaître le plaisir intense provoqué par la descente en solo et l’impression de disposer de l’océan pour soi tout seul) , mais j’ai décidé de ne plus jamais redescendre seul pour remonter l’ancre. Pour éclairer cette décision, je vais vous raconter dans ce petit billet ce qui m’est arrivé lors d’une plongée ou j’ai dû redescendre à la demande du Directeur de Plongée.

Lire la suite…Pourquoi il ne faut jamais redescendre seul pour remonter l’ancre…

Qu’est-ce qu’une plongée de réadaptation ?

Epave SiwanmaruMon post sur la mésaventure de perte de palanquée et la réaction inappropriée que j’ai eu suite à cette perte m’a valu pas mal de commentaires plus ou moins teintés d’empathie, un de ceux qui a attiré mon attention est celle d’un plongeur qui semblait s’étonner de nous voir, S. (ma binôme préférée) et moi, effectuer une plongée de reprise dans la zone des 40 mètres. Cela a titillé mon esprit car je n’ai jamais eu l’impression de nous mettre face à un quelconque danger en allant faire un « touch » dans cette zone. J’en ai profité pour échanger avec quelques amis plongeurs et moniteurs, dont mon ami J.F., moniteur plein de bon sens et d’abnégation. il est ressorti de cet échange qu’il pourrait être intéressant de tenter de poser une définition non ambiguë de ce type de plongée, et de tenter par la même de poser quelques « règles » de bon sens, cela ne pouvait nous faire que du bien ! Donc la question est bien « Qu’est-ce qu’une plongée d’adaptation, à quoi cela sert-il  et que doit-on profiter de faire à l’occasion d’une telle plongée ? »

Lire la suite…Qu’est-ce qu’une plongée de réadaptation ?

Retour sur le colloque CTR BPL de Février 2016

Amphi extérieurLe Samedi 27 Février 2016, un colloque organisé par la Commission Technique Régionale s’est tenu à Rennes. La variété des sujets abordés m’a conduit à m’inscrire pour y assister. L’objet de ce petit billet est de tenter d’en faire un rapide compte-rendu personnel, pour vous faire partager les sujets abordés et ma compréhension.

Le rendez-vous était fixé à 08h00 dans un amphithéâtre de l’INSA de Rennes (ce qui m’a rappelé quelques souvenirs datant d’une trentaine d’années ! ). Nous avons été accueilli par le président de la CTR, Olivier Belaud, et cette phase d’accueil m’a aussi permis de retrouver un certain nombre de connaissances.

Lire la suite…Retour sur le colloque CTR BPL de Février 2016

Pourquoi faut-il toujours se parler avant de plonger ?

Plongeurs sur épaveComme je l’ai évoqué dans mon billet précédent, il m’est arrivé une mésaventure, à savoir une perte de palanquée, lors de mes dernières vacances plongées. Je m’en vais vous la relater. L’objet ici n’est pas de me justifier, ni d’accuser, encore moins de stigmatiser les plongeurs CMAS 3*, mais bien de sensibiliser les plongeuses et les plongeurs aux actions préalables à mettre en place pour minimiser ce risque, et si le fait est avéré, d’adopter la bonne attitude (ce que je n’ai pas fait). Les faits racontés ci-dessous n’ont qu’une valeur de témoignage. Ainsi donc, en ce lundi 8 février 2016, le soleil vient de se lever, et il nous promet une belle journée d’hiver ensoleillée ! Les conditions paraissent idéales pour plonger : il y a peu de vent (10 nœuds de nord-nord-est), la température annoncée est de 22 °C, et l’océan annonce fièrement une température de 20 °C ! Il nous tarde, à S., ma binôme préférée, et moi de chausser nos palmes pour aller nous immerger dans la clarté des eaux canariennes en ce matin d’hiver !

[EDIT] : J’ai modifié le titre ce billet suite au commentaire constructif de Didier et aux nombreuses charges dont j’ai fait l’objet. Le titre précédent était maladroit et ne reflétait pas ce que je voulais raconter.

Lire la suite…Pourquoi faut-il toujours se parler avant de plonger ?

sem, consequat. ultricies pulvinar efficitur. ut eleifend non mattis Curabitur libero ipsum
%d blogueurs aiment cette page :