Du gros, du petit, et de la tortue

Barracudas sous Volantis

Comme j’ai coutume de le dire, certains spots de plongée ressemblent à de la drogue dure. L’Indonésie, la Polynésie française et la Mer Rouge en font indéniablement partie. Quand on a trempé une première fois les palmes dans un de ces endroits de rêve, on ne souhaite qu’une seule chose, c’est de pouvoir y retourner, et ce quelque soit la formule de voyage retenue, hôtel/plongées ou croisière. En Avril 2020, j’avais initialement réservé une croisière plongée en Mer Rouge pour ma binôme préférée et moi. Deux confinements successifs et une chimiothérapie m’ont conduit à reporter ce projet à la Toussaint 2022. Mes deux filles se sont alors jointes à notre voyage. En voici un compte-rendu.

Lire la suite…

Udako urpekaritza Donibane Lohizunen (Plongées estivales à Saint-Jean-de-Luz)

Donibane Lohizune

Cet été, ma binôme préférée et moi avions initialement prévu de partir en road-trip en Croatie, mais le suivi thérapeutique de mon affection en a décidé autrement ! Nos vacances se sont retrouvées écourtées, et nous avons dû organiser notre migration estivale en fonction du suivi mis en place. Nous avons donc décidé de poser nos palmes au Pays Basque dans un premier temps, puis de parcourir les Asturies (où j’ai eu la surprise de découvrir les origines celtes de ses habitants !). Comme à mon habitude, voici un petit compte-rendu de notre séjour subaquatique, en espérant que vous le trouverez intéressant !

Lire la suite…

De bien belles plongées… le cœur serré

Océan Atlantique

Comme chaque année, pour profiter à fond du week-end de l’Ascension, mon club organise une sortie dans une structure de la côte. Après avoir trempé nos palmes à Carantec, à Crozon, à Saint-Malo, nous sommes revenus plonger avec le Club Léo Lagrange à Camaret sur Mer (nous y étions déjà venus en 2017 et c’est avec grand plaisir que nous y sommes retournés). Pouvoir s’immerger au bout du monde est une véritable chance, et les plongeurs qui l’ont déjà fait en gardent des étoiles plein les yeux. Cette sortie a aussi été pour moi l’occasion de revoir Flo Cado, le fort sympathique directeur du centre de plongée. Cette sortie est très orientée vers les nouveaux diplômés Niveau 1 et 2 de notre club, et comme chaque fois, nous étions une bonne trentaine de passionnés à répondre présents. Cette sortie revêtait également un caractère particulier pour plusieurs raisons : c’étaient mes premières plongées en mer depuis mon arrêt forcé (mais je ne vais pas m’étendre là-dessus), et nous étions certainement le dernier groupe de plongeurs à pouvoir profiter de la structure du club Léo pour l’année 2022 (une décision incompréhensible de fermeture pour l’année 2022 a été prise par la direction, je reviendrai sur ce point dans la suite de l’article.

Lire la suite…

Les trucs qui agacent (enfin qui m’agacent !)

Mec énervé

Nous avons toutes et tous nos préférences, nos choix, nos manies, nos certitudes… et il y a aussi toutes les choses qui nous agacent, nous énervent, nous mettent hors de nous. Que ce soit la soupe froide, le vrombissement du moustique qui nous empêche de dormir pendant la nuit, le bus qui démarre alors qu’on arrive en courant à l’arrêt, la liste peut être longue voire infinie ! Mais dans le cadre de notre activité favorite, il y a quelques trucs qui ont le don de m’agacer (j’essaie de toujours rester zen au maximum), et pour lesquels, en général, il ne sert à rien de vouloir intervenir pour les régler ! Je vous propose donc ce billet, que je souhaite être pris sur le ton de l’humour, mais qui ne doit pas nous empêcher de réfléchir à tous ces petits trucs ! Je vais ici en dresser un liste non exhaustive, sans aucune hiérarchisation, avec juste la volonté de vous faire un peu sourire, je l’espère ! Je suis aussi impatient de connaître aussi les trucs et bidules qui vous énervent !

Lire la suite…

Les accords toltèques de la plongée

En 1997, Miguel Ruiz publiait un livre « Los Cuatro Acuerdos », traduit en Français par « Les Quatre Accords Toltèques ». Cet ouvrage clairement positionné dans le domaine du bien-être personnel est vite devenu un best-seller, et a même créé une légende urbaine sur l’authenticité des ces règles de vie (elles auraient été écrites entre l’an 900 et l’an 1200, ce qui est bien entendu totalement faux). En 2010, l’auteur a produit un nouvel opuscule pour y ajouter un cinquième accord (dans son ouvrage « Le Cinquième Accord Toltèque »). Aussi, l’idée m’est venu de les « détourner » pour les appliquer à la plongée. Je vous en propose donc une version adaptée à notre sport favori, pour beaucoup d’entre nous ce sera l’occasion de réfléchir à notre pratique, en espérant que cela vous fasse sourire, la période n’étant décidément pas très propice !


Le principe des accords toltèques est de proposer des règles de vie qui permettent de valoriser l’estime de soi, et d’adopter des comportements qui font que l’on se sente en harmonie avec les autres. Il peuvent se résumer de la façon suivante ;

  • Accord Toltèque #1 – « Que votre parole soit impeccable » : Il s’agit de parler avec intégrité, de dire seulement ce que l’on pense vraiment. Il faut utiliser la puissance de la parole dans le sens de la vérité et de l’amour. La parole est un outil qui peut détruire. Prenez conscience de sa puissance et maîtrisez-la. Il ne faut pas mentir ni calomnier.
  • Accord Toltèque #2 – « Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle » : Vous n’êtes pas la cause des actes d’autrui. Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité, de leurs rêves, de leurs peurs, de leurs colères, de leurs fantasmes. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles.
  • Accord Toltèque #3 – « Ne faites pas de suppositions » : Ne commencez pas à élaborer des hypothèses de probabilités négatives, pour finir par y croire, comme s’il s’agissait de certitudes. Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer vos vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames.
  • Accord Toltèque #4 – « Faites toujours de votre mieux » : Il n’y a pas d’obligation de réussir, seulement une obligation de faire de son mieux. Votre « mieux » change d’instant en instant. Quelles que soient les circonstances faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger, de vous culpabiliser et d’avoir des regrets. Tentez, entreprenez, essayez d’utiliser de manière optimale vos capacités personnelles. Soyez indulgent avec vous-même. Acceptez de ne pas être parfait, ni toujours victorieux.
  • Accord Toltèque #5 – « Soyez sceptique, mais apprenez à écouter » : Ne vous croyez pas vous-même, ni personne d’autre. Utilisez la force du doute pour remettre en question tout ce que vous entendez : est-ce vraiment la vérité ? Écoutez l’intention qui sous-tend les mots et vous comprendrez le véritable message.

Je vous propose donc la formulation suivante pour les 5 accords toltèques de la plongée :

  • Accord #1 – « Que votre immersion soit impeccable » : Faites en sorte d’avoir toujours une flottabilité maîtrisée, afin de ne pas porter préjudice à la faune et à la flore, limitez vos interactions avec la faune, afin d’être un observateur invisible, qui minimise son impact sur le milieu sous-marin. Tentez de laisser le spot de plongée tel que vous l’aurez découvert lors de votre immersion. Respectez scrupuleusement les consignes du Directeur de Plongée, tant sur le parcours, la profondeur et la durée d’immersion.
  • Accord #2 – « Quoi qu’il arrive pendant la plongée, n’en faites pas une affaire personnelle » : Si vous constatez des comportements inadaptés chez d’autres plongeurs, il n’est pas nécessaire de vous mettre la rate au court-bouillon pour cela. Le monde est imparfait, il existe des plongeurs et des plongeuses qui, inconsciemment ou pas, n’adoptent pas une pratique respectueuse. Tentez plutôt de nouer le dialogue après la plongée pour expliquer (sans toutefois être donneur de leçon) ce que vous considérez comme déplacé. Si vous n’y parvenez pas (à nouer le dialogue), ce n’est pas grave, vous aurez au moins tenté le coup !
  • Accord #3 – « Ne faites pas de suppositions sur la plongée à venir » : Il est naturel de ressentir un peu de stress avant une plongée particulière, que ce soit une plongée profonde, une plongée dérivante sur un spot avec beaucoup de courant, ou une plongée où l’on va être au contact de grands prédateurs… Partagez vos interrogations, voire vos inquiétudes avec votre binôme, votre Guide ou le Directeur de Plongée. Ils seront toujours là pour écouter expliquer et rassurer. Votre partage vous permettra de vider votre sac, et de ne pas plonger avec la boule au ventre.
  • Accord #4 – « Faites toujours de votre mieux, avant, pendant et après la plongée » : Il y aura toujours un plongeur ou une plongeuse avec plus d’expérience que vous, ou qui sera plus à l’aise que vous dans une situation donnée. Appuyez-vous sur vos points forts en plongée, et travaillez sur les points que vous savez devoir améliorer. Il est toujours possible (et c’est même recommandé) de faire et refaire des plongées de remise à niveau technique avec un instructeur pour progresser. Sachez trouver votre place dans votre palanquée, et fuyez les grandes gueules d’après plongée ! Avant la plongée, faites en sorte de ne pas trop vous étaler avec votre matériel, et soyez ordonné(e) pour ne pas courir après votre équipement. Après la plongée, partagez vos observations, remplissez votre carnet, et faites attention à ne pas boire d’alcool si vous replongez ensuite.
  • Accord #5 – « Soyez sceptique, mais apprenez à écouter le Directeur de Plongée et votre Guide » : N’hésitez pas à questionner les plongeurs et les plongeuses que vous côtoyez pour vous forger votre avis. Par exemple, il n’y a pas qu’une seule façon de porter assistance à un plongeur, ou qu’une seule manière d’envoyer son parachute de palier. Les idées reçues sur la bonne façon de faire, doivent être remises systématiquement en question. En cas de de doute, votre Guide, le Directeur de Plongée pourront être de bon conseil (et vous pourrez constater qu’ils vous proposeront toujours plusieurs choix !).

Si il ne tenait qu’à moi, je rajouterais même un sixième accord : « Prenez toujours du plaisir à plonger« . En effet, si l’impatience n’est pas au rendez-vous avant la plongée, le bien-être de l’impesanteur pendant, et la libération d’endorphines après, il vous faut vous questionner sur la raison qui vous a pousser à plonger… On ne plonge jamais à contrecœur, et la meilleure plongée est la prochaine que vous ferez !

Vous l’aurez bien compris, il s’agit ici de sourire un peu dans cette période assez morose. Si vous avez de votre côté des crédos particuliers que vous mettez en œuvre pour « bien plonger », je suis preneur ! Merci par avance pour vos retours ! Je profite également de ce billet pour vous souhaiter à toutes et tous une meilleure année 2021, et de vous voir en bonne santé.

Les différents moments d’une plongée

Epave

J’ai coutume de dire que notre sport est une activité rythmée par des rituels. En effet, même si toutes les plongées sont différentes les unes des autres, et portent chacune leur lot de surprises, l’ensemble des moments qui composent une exploration (ou une plongée technique) sont rigoureusement les mêmes.  J’ai donc « naturellement » eu l’idée de ce court billet pour les passer en revue, les décrire, et partager avec les débutants ces différentes phases afin de démystifier tout cela ! J’en profiterai pour identifier les moments qui me plaisent le plus (et inversement).

Lire la suite…

Les plongées qui m’ont marqué

Top 10

En cette période d’épidémie, je passe mes journées en télétravail, et de fait, je plonge assez peu (pour le moment). Je prévois de passer quelques jours dans le sud de la France prochainement et j’espère pouvoir y tremper mes palmes, notamment avec ma fille L., qui a posé ses valises il y a maintenant quatre ans sur les bords de la Méditerranée. Pour patienter, je me replonge dans mon carnet de plongées, et je tente de me rappeler les bons moments ainsi que les plongées qui ont été moins agréables… Je vais donc dans ce billet vous proposer un florilège des dix plongées qui m’ont le plus marqué. Je n’ai pas dans l’idée de sortir du chapeau exclusivement des plongées du bout du monde (même si il y en a), d’autant plus que la situation sanitaire mondiale va certainement influer sur notre manière d’aborder les fonds et les voyages. Comme toujours, je vous invite à apporter des commentaires à mes choix forcément subjectifs !

Lire la suite…

Le 16 Mai 2020 : Ma plongée de déconfinement

Coronavirus

Avec la crise sanitaire qui s’est abattue sur nous, j’ai, comme vous toutes et tous, dû arrêter de pratiquer notre activité favorite. Ainsi ma dernière plongée s’est déroulée le 16 Février 2020, avec mon ami C. Je me suis confiné à mon domicile, où j’ai pu télé-travailler, et continuer une activité professionnelle quasi normale (et je mesure la chance que j’ai eu). Aussi, avec l’annonce de la fin du confinement, et l’autorisation de reprise à titre personnel la plongée, mon sang n’a fait qu’un tour et j’ai décidé de retourner m’immerger dès le premier week-end de dé-confinement ! L’objet de ce billet est donc de vous raconter comment cette plongée s’est déroulée.

Lire la suite…

Une illustration de l’intérêt de la décompression au Nitrox

En Janvier et Février dernier, j’ai eu l’occasion de plonger avec mes amis C. et L. pour pratiquer de la plongée « Nitrox confirmé ». L’idée était de continuer à pratiquer pendant la trêve hivernale et de continuer à maintenir nos compétences d’encadrants et de moniteurs. Le principe retenu pour ces plongées était le suivant : immersion dans la zone des 50 mètres, et utilisation d’un mélange « fond » compatible, passage sur un bloc « travel » avec un Nitrox à 40 % de concentration en O2, puis décompresion au Nitrox 80 %. L’objet de ce billet est donc de raconter la mise en œuvre et partager un humble retour d’expérience sur ce type de plongée que certains mettent souvent en oeuvre, mais qu’une grande majorité ne pratiquent quasiment jamais.

Lire la suite…

Plongées automnales à L’estartit

Mérou à Ferranelles

Cette année le jour de la Toussaint tombait un vendredi, cela a été l’occasion pour quelques amis et nous (S., ma binôme préférée et moi) de poser quelques jours de vacances pour organiser un rapide séjour de plongée et de nous « téléporter » vers un lieu qui peut-être considéré comme « La Mecque » de la plongée en Méditerranée, j’ai nommé le petit village de L’estartit en Catalogne. Même si je sais bien qu’il y a beaucoup d’autres spots magnifiques dans la « Mare Nostrum » tels que la réserve nationale de Cerbère-Banyuls, le sentier sous-marin de Bonifacio, la réserve de Porquerolles (pour ne citer que celles-là), L’estartit est une approche intéressante de part l’offre de plongée et d’hébergement. C’est aussi la porte d’entrée pour le Parc Naturel du Montgrí, des Îles Médès et du Baix Ter. Ce qui nous intéresse dans ce parc, c’est bien le petit archipel des Médès, dont la réputation n’est plus à faire. On ne rejoint les îles qu’en bateau. Elles sont classées “Réserve Naturelle” depuis 1990, soit la plus ancienne d’Espagne. Lorsqu’on plonge là-bas, on peut approcher diverses espèces avec des spécimen de grande taille, qui ne craignent pas l’homme et qu’il est donc facile d’approcher. J’aime beaucoup plonger à cet endroit, c’est la quatrième fois que je m’y rendais. L’idée de ce billet n’est donc pas de refaire le panégyrique de ce site, mais plutôt de partager un bon plan à pas trop cher !

Lire la suite…

%d blogueurs aiment cette page :