Formation PE40 : Une progression en 4 séances

PE40A la suite des modifications du code du sport instituant les qualifications PE40, PA20, PA40, une réflexion a été menée dans le club dans lequel je contribue aux formations. Dernièrement, la Commission Technique du club a entériné le fait de scinder la classique formation Plongeur Niveau 2 en 2 formations PA20 et PE40. Maintenant que cette décision a été prise, il est temps de penser à mettre en place une progression pour amener les plongeurs à acquérir les aptitudes attendues pour pouvoir plonger en sécurité en étant encadré à 40 mètres de profondeur.
L’objet de cet article est de proposer un programme de formation pour permettre à des plongeurs au minimum PE20, et ayant déjà effectué 4 plongées encadrées en milieu naturel dans la zone des 20 mètres d’accéder à cette qualification.

En lisant le Manuel de Formation Technique (M.F.T.), et bien sûr le chapitre sur le PE40, on comprend  que les plongeurs PE40 :

  • Savent s’équiper, s’immerger, s’équilibrer et évoluer
  • Savent prévenir pour eux-mêmes les incidents de plongée
  • Savent aider un équipier en attente de l’intervention du Guide de Palanquée
  • Savent recevoir si besoin l’aide du Guide de Palanquée ou d’un équipier
  • Savent appliquer individuellement les consignes données par le Guide de Palanquée

aussi, pour leur permettre d’acquérir ces savoir-être, la formation dispensée doit amener les plongeurs titulaires de cette qualification à posséder les compétences suivantes :

  • C1 : Utiliser l’équipement de plongée
  • C2 : Évoluer en environnement aquatique et subaquatique
  • C3 : Évoluer en palanquée guidée
  • C4 : Participer à la sécurité en plongée
  • C5 : Connaître et respecter l’environnement marin
  • C6 : Connaissances en appui des compétences

Je propose d’aborder l’acquisition des  compétences C5 et C6 de manière transversale. Il convient de rappeler la charte du plongeur responsable, que tout plongeur licencié à la FFESSM s’engage de fait à respecter, de sensibiliser à la connaissance des espèces et de faire adopter de bonnes pratiques pour favoriser l’observation de la faune. Concernant les connaissances en appui des compétences, dans le brief préparatoire de chaque plongée, je rappellerai les prérogatives du plongeur PE40, en favorisant le feed-back, et je donnerai quelques moyens mnémotechniques simples pour connaître sa consommation afin que le plongeur PE40 ait une bonne notion de son autonomie en gaz durant une plongée dans la zone des 40 mètres : Par exemple, en rappelant qu’un plongeur moyen consomme environ 20 litres d’air par minute, à 20 mètres avec une bouteille de 12 litres gonflée à 200 bar, il a environ 30 minutes de stock d’air (dans le but de faire surface avec 50 bar dans le bloc). Ainsi il verra son manomètre diminuer de 5 bar toutes les minutes en immersion. Le même plongeur, avec la même ventilation à 40 mètres, aura 18 minutes d’autonomie théorique, il verra donc son manomètre diminuer d’un peu plus de 8 bar par minute. En se sécurisant, on pourra considérer que le manomètre diminuera de 10 bar par minute à 40 mètres. Cette approche permet de façon pragmatique de sensibiliser les plongeurs à la surveillance de leur consommation. On rappellera aussi les principaux risques de la plongée en profondeur (narcose, essoufflement, …) et les mesures de prévention à adopter.

Sur le contenu à proprement parler des plongées techniques, il est précisé dans le M.F.T. que l’accoutumance à la profondeur doit être progressive. C’est un des axes principaux de la progression que je propose ici. d’autre part, il faut bien se rappeler que cette formation est ouverte à des plongeurs Niveau 1 (ou PE20) qui ne peuvent avoir que 4 plongées inscrites au carnet, il convient donc d’être prudent dans la réalisation des exercices, à ne pas hésiter à ajouter des plongées et à ne passer à la profondeur supérieure que lorsque les acquis sont bien démontrés (notamment la tenue des paliers). Cette progression constitue donc une trame théorique qu’il conviendra d’adapter à chacun.

Plongée Numéro 1 : Plongée non saturante dans la zone des 25 mètres

Le principe de cette plongée est de mettre le stagiaire dans un scénario de plongée au delà des 20 mètres. On  commence par une mise à l’eau en saut droit, on vérifie de façon très précise le lestage avant l’immersion. La descente s’effectuera le long d’un repère (bout, récif). durant celle-ci, on effectue des checks en procédant à un équilibrage à 15 mètres, 20 mètres et enfin 25 mètres. On profitera de l’équilibrage à 15 mètres pour effectuer un petit vidage de masque et on répétera l’opération à 25 mètres si tout s’est bien passé. Arrivés à 25 mètres, on effectue une manoeuvre de lâcher / reprise d’embout en inspiration et en expiration. La palanquée part alors en exploration et le moniteur veillera à bien aider l’apprenant à bien se positionner par rapport au Guide de Palanquée. Au bout de 17/18 minutes d’immersion le moniteur indique la fin de plongée et la palanquée entame immédiatement la remontée. On veillera à bien respecter la vitesse et la fin de plongée servira à bien sensibiliser le stagiaire sur la réalisation d’un palier dans la zone des 6 mètres puis des 3 mètres pour simuler des paliers de décompression obligatoires du genre de ceux que l’on peut être amenés à effectué après une plongée à 40 mètres (par exemple 1 minute à 6 mètres et 9 minutes à 3 mètres), tout en étant en sécurité du fait de la garantie du respect de la courbe de sécurité.

Plongée Numéro 2 : Plongée dans la zone des 30 mètres

Pour cette plongée, on se replace dans le même système de scénarisation de la plongée effectuée. On pourra par exemple rejoindre en capelé le point d’immersion, et après le rituel de la vérification du lestage, on entame la descente le long d’un bout (ancre ou bouée de marquage) par exemple. On effectue un check à 3 mètres, puis un second check à 20 mètres au cours duquel on travaillera l’équilibrage dans différentes postures. On descendra jusqu’à 30 mètres pour répéter les exercices  : vidage de masque, lâcher / reprise d’embout. on effectuera ensuite une exploration d’environ une dizaine de minutes durant laquelle on fera intervenir le stagiaire sur un incident (narcose, essoufflement, panne d’air) de manière à bien lui faire répéter les gestes attendus si il doit demander de l’aide ou apporter son aide à un équipier en attendant que le Guide de Palanquée n’intervienne. au bout de 15 minutes d’immersion on entame l’a remontée et on effectue des paliers identique à la plongée Numéro 1.

Plongée Numéro 3 : Plongée dans la zone des 35 mètres

Cette plongée est une répétition de la précédente en y ajoutant de la profondeur pour sensibiliser le stagiaire à la « marche d’escalier » que constitue la barrière des 30 mètres, aussi bien sur sa ventilation que sur sa consommation. On ne dépassera pas 15 minutes de temps passé au fond de manière à limiter les paliers. On profitera de cette plongée pour simuler une panne d’air avec transmission de l’octopus et/ou simulation de respiration à deux sur un embout.

Plongée Numéro 4 : Plongée dans la zone des 40 mètres

Il s’agit de la plongée de validation. On emmène la stagiaire pour une exploration dans la zone des 40 mètres. l’objectif principal de cette plongée est de réaliser une exploration avec 15 minutes de temps au fond. durant cette exploration, le stagiaire devra intervenir pour aider un équipier en difficulté et le signaler au Guide de Palanquée. un vidage de masque sera effectué, ainsi qu’une manoeuvre de lâcher / reprise d’embout. Il ne s’agit pas pour le moniteur de faire effectuer une quelconque démonstration de remontée, l’important étant la prise en charge par le stagiaire du plongeur en difficulté pour l’amener en sécurité au Guide de Palanquée. En fin de plongée, on effectue les paliers en fonction de ce que les ordinateurs indiquent et on s’y conforme strictement en gardant la cohérence de la palanquée (on s’aligne sur l’ordinateur le plus sécurisant).

Je compte mettre en œuvre très prochainement ce programme de formation, j’effectuerai un retour d’expérience sur le blog. Si vous avez des idées d’amélioration de cette progression, je suis bien entendu preneur de toutes vos suggestions !!!

28 réflexions au sujet de “Formation PE40 : Une progression en 4 séances”

  1. Bonjour,
    Vos idées sont bonnes mais attention d’apres le manuel du moniteur enseignement et validation des compétences entre 0 et 20m…
    Donc si l’eleve fait un vidange de masque à 40m et que celui-ci se passe mal et il fait une remontée non contrôlée, vous serez responsable…de sa surpression pulmonaire ou pire.

    • Bonjour Alexandre, merci pour ce retour.
      Le Manuel de Formation Technique précise que « L’enseignement et la validation des compétences s’effectue dans l’espace 0 – 20 m par un E2 minimum. Conformément à l’article A. 322-85 du Code du Sport, un plongeur en cours de formation technique peut évoluer dans l’espace de 0 à 40 m sous la responsabilité d’un E3 ».
      L’enseignement du PE40 peut donc être réalisé au-delà de 20 mètres, en appliquant les règles de sécurité adéquates. Concernant les risques d’accident, que cela soit dans la zone 0-20, ou plus profond, le moniteur est toujours responsable de la préservation de l’intégrité physique de ses stagiaires.

  2. Nous sommes quelques uns à ajouter à ce que tu indiques, pour une « éventuelle perte de palanquée » une remontée individuelle de 40m (moniteur dans le dos du PE40) et donc l’utilisation du parachute de palier.
    Pour nous 4 plongées au carnet, mais après celles de validation du N1 donc 8 plongées, mais plus souhaitables.
    Fais tu un différence, pour la formation, entre carrière ou mer ?

    • Hello Mister Jacques !
      C’est effectivement une bonne idée que de rajouter ça dans la formation.
      Perso, non je ne fais pas de différence entre carrière et mer, d’ailleurs rien n’est précisé là-dessus dans le manuel de formation technique.

  3. Bjr Phil,
    L’enseignement et la validation des compétences d’un PE 40 s’effectuent dans l’espace 0 – 20 m (MFT).
    Je ne pense donc pas qu’il faille effectuer des exercices entre 20 – 40 m (sécurité), cela correspond plus aux prérogatives d’un N3 en milieu de formation.
    Cordialement

    • Merci Olivier pour ton retour, mais je suis désolé de te contredire, l’enseignement se déroule bien entre 20 et 40 mètres, le MFT est très clair là-dessus : l’accès à la profondeur doit se faire de façon progressive

      • Non Phil, l’enseignement des gestes techniques se fait entre 0 et 20 et ensuite un E3 peut emmener plus profond mais pas pour des exercices. Ne pas confondre accoutumance à la profondeur et enseignement de gestes techniques.

  4. Aucun exercice de remontée en fonction des tables mn90 n est envisagé ? Remontée 15m/min à la vitesse des petites bulles ? Dans mon club, c est ce qu’ils nous apprennent si on ont perd notre palanquée et/ou l ordi nous lâche… La poisse totale… Hahaha

    • Merci Thibault pour ton retour, effectivement, je n’ai pas prévu dans la progression ce type d’exo… Personnellement, je n’en vois pas l’utilité…

  5. Je suis d’accord avec Jacques Mangin, dans le cas où l’élève perd son guide de palanquée à 40m, il faudra bien qu’il sache remonter seul à vitesse contrôlée. Cette compétence est d’ailleurs clairement précisée dans le code du sport : « Maîtrise d’une remontée en sécurité en cas de perte de palanquée. »

    L’utilisation du parachute est aussi spécifié dans le CDS et c’est logique, là encore, en cas de perte de palanquée. Ca souligne d’ailleurs le manque de cohérence dans le fait d’obliger un seul parachute par palanquée, le code du sport devrait imposer un parachute par personne.

    Merci Philippe pour la qualité de ton blog qui permet des échanges de point de vue.

    Amicalement,

    Frédéric Bardeau

  6. La lecture du MFT indique bien que l’enseignement et la validation des compétences se fait entre 0 et 20 m ! C’est clair par contre en fin de formation, il est possible d’évoluer entre 20 et 40m. Il s’agit d’évolution autrement dit d’exploration pour s’accoutumer à la profondeur, donc pas d’exercice entre 20 et 40. A noter qu’il en est de même pour le N1; pas d’exercice entre 6m et 20 m

    • Bonjour Michel,
      je vais citer une nouvelle fois l’extrait du MFT : « L’enseignement et la validation des compétences s’effectue dans l’espace 0 – 20 m par un E2 minimum. Conformément à l’article A. 322-85 du Code du Sport, un plongeur en cours de formation technique peut évoluer dans l’espace de 0 à 40 m sous la responsabilité d’un E3. » et « L’accoutumance à la profondeur doit être progressive. »
      Ces deux phrases montrent bien que l’enseignement de la qualification PE40 se fait au-delà de 20 mètres si la palanquée est encadrée par un E3. Il n’y a strictement aucune phrase indiquant que l’enseignement et la validation des compétences doit se faire strictement entre 0 et 20 mètres.
      Cependant pour plus de clarté, je vais poser la question à la CTN de la FFESSM

  7. Bonjour Phil, j’irais dans le même sens que les autres intervenants, « enseignement et validation dans les 20m », un E3 peut accompagner le PE40 dans la zone 20-40, mais il n’y a pas d’obligation d’enseignement. Si la CTN te répond, publies la réponse….je suis curieux.

  8. Salut Philippe,
    je suis également curieux de la réponse officielle pour ce qui est de l’enseignement entre 20 et 40.
    Je pense que s’habituer à la profondeur c’est s’équilibrer, ventiler normalement, suivre la planquée, faire un lâcher-reprise d’embout à la limite, communiquer (à 25, 30, 35) et c’est tout. Le vidage de masque à 40 avec des N1 me parait risqué. Les réactions à la PA, à l’essoufflement , peuvent se travailler entre 0 et 20.
    L’utilisation du parachute est une bonne chose.
    J’ajouterais une REC de 10m qui est présente pour le N2, mais ni au PE40, ni au PA20. C’est à mon avis un gage de sécurité et la seule manière d’automatiser le fait de ne pas bloquer sa respiration en remontant. Je le ferai à la mode PADI en émettant un son tout au long de la REC avec le détendeur en bouche.
    Un inconvénient de ta progression: Ce ne sont que des E3 qui peuvent faire la formation et si on plonge à Roussay par exemple, à partir de 20m c’est un moniteur pour un élève…. Il faut être riche en E3.
    A bientôt

  9. Je suis aussi intéressé par la réponse de la CTN mais d’une façon générale la formation et validation des compétences se fait toujours dans un espace inférieur aux prérogatives. N1 espace 0-6 m donc validé par un E1, N2 espace 0-20 m validé par un E2, N3 espace 0-40m validé par un E3. C’est pourquoi il est bien précisé que l’accès à la profondeur autorisée doit être progressif. Par ailleurs le code du sport prévoit une possibilité d’évolution dans l’espace correspondant aux futures prérogatives mais avec un enseignant de niveau supérieur. E2 pour le futur N1 jusque 20m, E3 pour le futur N2 jusque 40m et E4 pour le futur N3. C’est une possibilité et non une obligation et il ne s’agit que d’évolution. Enfin, pour revenir au sujet du PE40, je pense que si l’enseignement pouvait se faire jusque 40m, on n’aurait pas écrit la phrase « L’enseignement et la validation des compétences s’effectue dans l’espace 0 – 20 m » mais « L’enseignement et la validation des compétences s’effectue dans l’espace 0-40m »
    Bonne journée à tous

    • Merci Michel ! Je te tiens au courant dès que j’ai la réponse de la CTN… Encore une fois, il n’est pas écrit « L’enseignement et la validation des compétences s’effectue dans l’espace 0 – 20 m » mais « L’enseignement et la validation des compétences s’effectue dans l’espace 0 – 20 m par un E2 minimum. Conformément à l’article A. 322-85 du Code du Sport, un plongeur en cours de formation technique peut évoluer dans l’espace de 0 à 40 m sous la responsabilité d’un E3 ».

      • Bonjour,

        Je rejoins tous les commentaires précédents quant à la profondeur de travail en cours de formation, interprétation confirmée par plusieurs MF2/IR/IN lors d’un stage MF1 : on n’enseigne et on ne vérifie pas les compétences à la profondeur maximale d’évolution mais à une profondeur inférieure. La possibilité d’évolution à la profondeur maximum donnée par les futures prérogatives en fin de formation est là pour permettre une accoutumance progressive à la profondeur future d’évolution.

        Faire réaliser un vidage de masque à 40m à un élève en formation PE40 même supervisé par un MF1 présente un risque énorme (tu peux avoir des élèves qui ne l’ont jamais fait que dans 6m d’eau : tu imagines le stress auquel tu les soumets ?). On ne le demande normalement pas avant la formation PE60.

        Après chacun sa liberté pédagogique…et sa prise de risques… 🙂

        • Merci Julien pour ton retour.
          Je suis preneur de ta progression, il n’a jamais été dans ma pratique de stresser mes stagiaires. Encore une fois, par rapport aux MF2/IR/IN qui confirment une interprétation, je suis toujours en attente de la réponse à la question que j’ai posé à la CTN…

  10. Salut Phil,
    Je suis aussi d’accord avec les encadrants concernant la profondeur de 0 à 20 pour l’enseignement et la validation des compétences.
    La phrase idéale aurait du être : « L’enseignement et la validation des compétences s’effectue dans l’espace 0-20m par un E2 minimum et par un E3 minimum dans l’espace 0-40m ». Ca aurait eu le mérite d’être clair pour tout le monde.
    Maintenant concernant l’espace de 0 à 40 m le MFT ne parle que d »évolution » et non d’enseignement.
    A suivre.
    Petit autre problème soulevé :
    Concernant la compétence n° 6 : Remonter à vitesse normale vers la surface en cas de perte de palanquée, effectuer les paliers éventuels, etc….
    Je me pose une question : Quid du PE40 non équipé de parachute qui perd sa palanquée et qui effectue un palier éventuel, ne serait-ce que celui de sécurité programmée que lui indique son ordinateur ?
    ne devrait-il pas rejoindre la surface afin de retrouver sa palanquée pour que tous les plongeurs la constituant redescendent à la profondeur du palier non fait ou interrompu en appliquant la procédure d’urgence des 3mn ?
    Imaginez le stress d’un GP qui a perdu l’un de ses plongeurs et qui remonte jusqu’au palier indiqué sans savoir où le plongeur se trouve (cas de courant ou de mauvaise visi ?
    Perso, je pense que si ça devait arriver à un membre de la palanquée, je l’aurait briefé avant en lui disant qu’en cas de perte de palanquée, il remonte normalement à la surface où nous redescendront au palier en l’augmentant sérieusement.
    Maintenant et avec des PE40, soit j’éviterais les paliers, soit je ne les lâcherai pas du regard.
    Tout est quand même une histoire de briefing au départ et de consignes données.
    Allez en attendant la réponse de la CTN, je crois avoir lancé un autre débat.
    La biz et à bientôt

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nullam dapibus ipsum ut efficitur. ut dolor.
%d blogueurs aiment cette page :