Trucs et astuces : La « plaie » de la buée dans le masque…

Buée dans le masqueL’été dernier, lors de nos vacances chiliennes qui nous ont permis de découvrir Rapa Nui, aussi appelée l’Île de Pâques, nous avons été victimes à Santiago du Chili de pickpockets très ingénieux qui nous ont délesté d’un sac à dos contenant pas mal d’affaires de plongée (ordinateurs, caméra,  et masques de plongée entre autres)… Cette mésaventure regrettable (mais qui n’enlève rien  à la beauté du Chili, cela aurait pu nous arriver partout ailleurs) nous a conduits S. et moi à devoir réinvestir dans des masques neufs pour pouvoir pratiquer notre activité préférée. Qui dit masque neuf, dit buée dans le masque… Et bien que nous soyons tous deux des plongeurs avertis (je préfère utiliser ce terme plutôt qu’aguerris), S. a « subi » une plongée entière avec de la buée à l’intérieur de son masque, et ce, en dépit des multiples trucs et astuces que nous connaissons et mettons en œuvre depuis plusieurs années. L’idée de ce billet m’est donc naturellement venue, afin de tenter d’apporter une explication à ce phénomène, et de recenser les différentes techniques qui permettent d’y remédier…

La quasi-totalité  des masques de plongée aujourd’hui disposent d’un moule non plus en caoutchouc, mais en silicone (blanc, noir, en couleur ou transparent). De ce point de vue, l’austère ustensile qu’était le masque de plongée, est quasiment devenu un accessoire de mode ! Les technologies de fabrication ont très fortement évolué, et maintenant les jupes sont soudées sur les montures. De ce fait une mince couche de silicone recouvre l’extérieur et l’intérieur de ou des optiques du masque… Ce silicone, très pratique par sa souplesse, est notamment la cause principale de la difficulté à se débarrasser de la buée à l’intérieur d’un masque neuf. Mais tout d’abord, pourquoi de la buée se forme-t-elle à l’intérieur ?

En fait, il s’agit du même phénomène que la buée sur les vitres des fenêtres (simple vitrage) qu’on peut constater en hiver : La différence de température entre l’air froid extérieur et l’air chaud intérieur provoque la condensation de l’humidité de l’air chaud sur les vitres et la formation en conséquence de buée (voire de glace quand il fait très froid !). Sous l’eau c’est pareil ! L’air à l’intérieur du masque est plus chaud (car au contact de notre peau, et si on souffle par le nez, on réchauffe encore cet air !) que l’eau à l’extérieur du masque. La buée se forme alors pratiquement instantanément.

Le truc historique de tous les plongeurs et plongeuses, c’est, avant de s’immerger, d’enduire de salive l’intérieur sec du masque puis de le rincer rapidement pour empêcher la formation de buée… En fait, la salive a des propriétés « hypotenseuses » qui vont empêcher la formation de buée. Ce phénomène est très bien expliqué dans cet article de « Science et Vie« . Cette technique « vintage » marchait très bien quand la jupe des masques était en caoutchouc, mais maintenant que l’usage du silicone est généralisé, elle n’est souvent plus suffisante.

En premier lieu, pour éviter la buée, il faut correctement prendre soin de son masque. En effet, celui-ci est un véritable nid à microbes ! On a craché dedans, il est possible que des sécrétions nasales y aient séjourné (à la suite d’un vidage de masque intempestif par exemple), et on a même pu y laisser un peu de sang à la suite d’une manœuvre de valsalva un peu rude… Il faut donc tout faire pour éviter que les bactéries ne prolifèrent à l’intérieur de la jupe. Pur cela, je conseille d’effectuer un premier rinçage à l’eau douce, de mettre un peu de liquide vaisselle à l’intérieur, faire mousser, puis le rincer de nouveau (si possible à l’eau tiède pour ce deuxième rinçage), et de le laisser tremper au moins une heure dans de l’eau propre, pour ensuite le laisser sécher dans un endroit propre, sec, à l’abri de la poussière (le silicone l’attire comme un aimant) et de la lumière (elle fait vieillir le silicone prématurément). Une fois sec, on le range dans sa boite plastique pour éviter qu’il ne s’encrasse.

Maintenant, pour se débarrasser définitivement de la buée, voici les quelques trucs que je connais, qui fonctionnent plus ou moins bien, et que j’ai pu mettre en œuvre :

  • Le dentifrice : en étalant de la pâte dentifrice sur l’intérieur de la vitre et en frottant avec votre brosse à dents personnelle, vous allez favoriser l’élimination du silicone qui est présent sur l’optique. Il faut laisser le masque reposer au moins une nuit au frais, puis le rincer abondamment… Normalement, la buée sera un vieux souvenir.
  • La flamme d’un briquet : en approchant une flamme (sans trembler et sans toucher la jupe !) de l’intérieur de la vitre, on peut « brûler » les résidus de silicone présents. On passe un coup de chiffon microfibre à l’intérieur et on rince le masque pour se débarrasser pour toujours de la buée (normalement). Je n’utilise cette technique que si celle du dentifrice est inopérante.
  • Le liquide vaisselle : si les deux techniques n’ont pas fonctionné, et que vous êtes têtus comme moi, vous pouvez frotter l’intérieur du masque avec du liquide vaisselle, puis rincer…
  • La 1/2 pomme de terre : en coupant en deux une pomme de terre en frottant la surface intérieure de la vitre, vous allez y laisser de l’amidon. En lassant agir une bonne nuit et en rinçant abondamment le masque, vous devriez pouvoir ne plus avoir de buée !
  • Le spray : si toutes les techniques précédentes n’ont pas été couronnées de succès, il est toujours possible de s’acheter un petit spray anti-buée dans votre boutique préférée. Ces produits sont efficaces, il faut faire attention à ne pas s’en mettre sur les doigts : si vous vous frottez les yeux ensuite, vos yeux vont sérieusement piquer ! Le désavantage de ce type de produit est qu’il faut toujours avoir la fiole avec soi et en mettre dans le masque avant chaque immersion…
  • Le shampoing pour bébé : mon amie Corinne, du blog « Petites bulles d’ailleurs » (qui nous fait souvent rêver avec ses voyages en Asie) m’a signalé l’usage de ce type de shampoing. On l’applique sur la vitre, on frotte, on laisse un peu agir, on rince… Ça ne pique pas les yeux, et ça sent bon !
  • La bétadine rouge : plusieurs internautes m’ont indiqué l’usage de ce désinfectant. Quelques gouttes dans le masque, on frotte pour bien étaler le produit et on rince… En plus la bétadine permet d’aseptiser le masque !

N’oubliez pas que lorsque vous êtes en piscine, et que vous crachez dans votre masque, il peut être sympa pour les autres usagers de rincer votre masque dans la rigole de débordement ou sous la douche, c’est plus hygiénique que de le faire dans le bassin !

Et vous, connaissez-vous d’autres trucs qui vous ont permis de vous débarrasser de cette véritable plaie qu’est la buée dans le masque ? Merci d’avance pour vos retours !

13 réflexions au sujet de “Trucs et astuces : La « plaie » de la buée dans le masque…

  1. Bonjour cher ami… Si je peux me permettre de relever une erreur, c’est évidement la jupe du masque qui est en silicone.. Le moule d’injection est en aluminium..
    Il n’est pas nécessaire de perdre du temps avec le dentifrice et autre recettes de grand père. Il faut éliminer les résidus de silicone sur la vitre… Le bruler avec la flamme d’un briquet est surement le meilleur moyen de l’éliminer…
    Bonne journée

    • Oui c’est une imprécision de ma part, j’ai voulu désigner le moule qu’on place sur le visage pour ne pas faire de répétition… Comme je ne suis pas très habile de mes mains, je tente toujours le coup avec le dentifrice avant la flamme ! 😉

  2. Vu et testé plusieurs fois ici en Nouvelle-Calédonie, l’utilisation d’un peu de « Bétadine rouge » à la place du liquide vaisselle et avant chaque plongée. Effet relativement efficace aussi. Quelques gouttes à étaler dans le masque et rapide rinçage avant de mettre le masque sur le visage.

    • Merci jean-Marie ! Pas d’effet indésirable de jaunissement de la peau en cas de rinçage insuffisant ? Remarque, la bétadine permet aussi la désinfection du masque !

  3. Les recettes de grand père ont fait leurs preuves….je n’ai jamais vu une pellicule de silicone
    résister à une nuit de dentifrice appliqué sec sur la face interne du masque (neuf)
    Après quelques plongées, la bonne vieille salive ou une algue si on en a sur le bateau
    Papy plongeur

    • Merci Flo,
      je ne connaissais pas la technique du lave-vaisselle… Effectivement, il ne faut certainement pas le passer en mode décrassage ! 😉

  4. Aux adeptes des recettes de grand pères…. Si Les jupes en silicone ne remplacent que depuis quelques années le caoutchouc synthétique, j’ai toujours entendu parler de l’application du dentifrice….
    Je dois dire que je l’ai essayé sans réel résultât
    A l’époque les dentifrices contenaient souvent de la poudre d’abrasif pour blanchir les dents…. Je peux imaginer qu’il permettait d’éliminer réellement les résidus de lubrifiants utilisés pour démouler la jupe.
    Qu’en est il aujourd’hui ? Doit on spécifier que l’on ne doit utiliser que du dentifrice « spécial masque de plongée  » ?
    Sera t(il autorisé par la commission européenne ?
    Je vais garder mon vieux masque sous l’oreiller

  5. En fait la buée apparaît soit parce l’on expire de l’air humide et chaud dans le masque, soit par apparition d’une buée de condensation en raison des différences de températures des 2 côtés de la vitre.
    En pays chauds notre tête accumule de la chaleur tel un petit radiateur et cette chaleur à l’intérieur du masque provoque de la buée.
    Il y a qq années lors de plongées en cénotes au Mexique j’été bon pour faire des VDM toutes les 10mn, juste un peu rageant. Puis j’ai pris l’habitude de tremper ma tête nue dans l’eau fraîche un certain temps afin d’en réduire la chaleur. Ensuite plus de buée 😉

  6. Bonsoir tout le monde.
    1° je n’utilise plus la salive car elle génère des pollutions significatives à l’intérieur du masque. Suivant la caractéristique du masque (masque avec verre correcteur collé à l’intérieur, avec moins d’1 mm entre verre correcteur et jupe), il devient même impossible de le nettoyer, même avec mon nettoyeur à ultrasons. Seul un retour vers le spécialiste a pu me le rendre propre.
    2° j’utilise depuis la bétadine rouge: il faut une goutte, puis bien rincer avant de mettre le masque. Et depuis, plus de problème. Seul warning: en piscine j’utilise un masque avec des demi-lune correctives fixées par effet ventouse, et j’ai l’impression que mes demi-lunes sont un peu colorées suite à l’utilisation fréquente de la betadine. Aucun problème pour la partie verre.

    • Merci Jean-Louis !
      Je mets l’article à jour, vous êtes plusieurs à me signaler l’usage de la bétadine rouge, il va falloir que je teste !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sem, non odio ut felis accumsan mattis libero
%d blogueurs aiment cette page :