Camaret : Des Explos avec le Club Léo !

Petit déjeuner du samedi :36 Repas du samedi midi :34Chaque année, à l’occasion du pont de l’Ascension, mon club profite de ce week-end prolongé pour organiser une sortie plutôt orientée vers les plongeurs débutants et les nouveaux autonomes.La philosophie de cette sortie est d’assurer un auto-encadrement des plongeurs PE20 (ou Niveau 1 pour parler brevet plutôt qu’aptitudes ), et de “lâcher dans le grand bleu” les plongeurs PA20, tout en permettant aux plongeurs confirmés de réaliser de belles explorations. Pour cette saison, l’équipe de nos plongeurs a posé ses sacs de plongée au bout du monde, près de la terre de mes ancêtres, à savoir à Camaret sur Mer, pour profiter des beautés de la pointe de la Bretagne grâce  au Club Léo Lagrange.

La sortie comporte sept plongées qui s’étalent du jeudi matin au dimanche matin, à raison de deux plongées par jour. Sur cette sortie, plus de trente plongeurs participaient à chaque plongée ! On imagine bien que l’organisation pour un tel stage se doit d’être réalisée “au cordeau”. La politique, au sein de notre club, est permettre aux adhérents de s’inscrire pour le nombre de plongées qu’ils souhaitent (de 1 à 7) et sur les jours qu’ils désirent : ainsi un adhérent peut s’inscrire pour toutes les plongées de l’après-midi, pour simplement 2 ou 3 plongées ou pour une “totale” (7 plongées sur 4 jours). Nous avons donc un tableau prévisionnel des plongées, des nuitées (incluant le petit-déjeuner), et des repas du midi et du soir. Pour trouver une solution d’hébergement et de restauration, cela simplifie la tâche ! En l’occurrence, avec le Club Léo Lagrange, c’est encore plus simple, le club dispose d’une auberge de jeunesse avec des chambres qui sont soit localisées dans le centre de plongée, soit à 20 minutes de marche. Par ailleurs le club assure aussi la restauration.

Avant de partir sur place, je donne rendez-vous à tous les inscrit(e)s, afin de récupérer trois documents :

  • Une copie de leur certificat médical
  • La licence en cours de validité
  • La carte de niveau de plongeur

Une fois l’ensemble récupéré, il me reste à trier chaque pile par ordre alphabétique, afin de simplifier la tâche de contrôle des documents réglementaires par le centre de plongée. Je vois un deuxième avantage à ce tri : ce contrôle se déroule lors du premier contact entre le club et le centre, il est donc primordial “de faire bonne impression” ! En effet, je ne me vois pas arriver avec un paquet de trente cinq à quarante cartes de niveau en vrac, idem pour les licences et les certificats ! De même, lors de ce premier contact, je prends soin de préparer les feuilles de sécurité pour toutes les plongées prévues préalablement à la sortie. Cela permet aussi de simplifier le travail du directeur de plongée nous accueillant. Ainsi, il n’y a que des modifications “à la marge” sur les palanquées prévues à réaliser à chaque sortie. Ces petits détails permettent au groupe de fonctionner de façon détendue et au “Responsable de Groupe” d’éviter de s’égosiller à chaque fois que tous les plongeurs montent à bord du bateau. En général, j’annonce les palanquées de la plongée du matin la veille au soir, pendant le traditionnel apéro des plongeurs, puis je procède aux modifications éventuelles.

Sur la question de la préparation des Fiches de Sécurité, je procède en général de la façon suivante :

  • Je positionne d’abord tous les encadrants
  • J’affecte les plongeurs encadrés (P1 ou PE40) au Guides de Palanquées
  • Je répartis les plongeurs PA60 ou P3 ensemble
  • Je fais de même avec les plongeurs P2 ou PA20

Bien sûr je prends en compte les souhaits exprimés, et je m’efforce de positionner ensemble les plongeurs et plongeuses qui ont des affinités ! Quand un guide de Palanquée ne se retrouve pas en position d’encadrement, je le fais rejoindre le “groupe” des plongeurs PA60. D’autre part, comme nous plongeons en Bretagne, j’essaie, autant que faire se peut, de respecter la règle du 1+2 (Un Guide de Palanquée pour deux plongeurs encadrés), et dans la mesure du possible, je mixe les plongeurs encadrés entre débutants et “expérimentés”.

Le Club Léo Lagrange est une grosse structure multi-sports (Plongée, Voile, Planche à voile, Surf et Stand-Up paddle), dont le centre de plongée est situé sur le port de Camaret, un peu à l’écart des terrasses de restaurant. Il y a un grand local gonflage (gonflage air uniquement), un local de séchage bien ventilé avec de nombreux porte-manteaux pour faire sécher combinaisons et gilets, et des grands vestiaires. Mon seul regret est que les vestiaires soient mixtes, ce qui n’est pas hyper confortable pour un grand groupe comme le nôtre. Bref, l’installation est vraiment très fonctionnelle ! Une fois, équipé, on a juste à descendre sur le quai pour embarquer sur un des 2 bateaux du centre : le Japeto ou le Maraudeur. Notre groupe a pu bénéficier du confort du Japeto, qui peut embarquer jusqu’à 30 plongeurs, et qui malgré tout reste très spacieux.

Les 2 bateaux du Centre Léo à Camaret : Le Japeto (à gauche) et le Maraudeur (à droite)

Notre sortie de l’Ascension s’est déroulée du Jeudi 25 Mai au Dimanche 28 Mai 2017. Cette période coïncidait avec de gros coefficients de marée (jusqu’à 107). Nous avons eu un temps magnifique durant ce week-end, ce qui nous a permis d’améliorer notre bronzage plongeur notamment ! Par contre sur les sortie, nous avons un peu limités sur les spots, et nous avons dû éviter ceux exposés au courant. Cependant, Malo (notre DP, et accessoirement responsable de la base plongée du Club Léo) nous a toujours emmené sur des sites dont la richesse en faune nous a laissé baba ! J’ai beaucoup aimé ses briefings, décontractés, précis, et concis avec un rappel systématique des règles de sécurité. J’ai aussi été content d’entendre un DP partager la même approche que moi sur le “Palier de sécurité” !

Les sites que nous avons explorés sont les suivants :

  • Roche Enzo : C’est une roche peu profonde, idéale pour une plongée de réadaptation, très riche en faune fixée et en bêtes à pinces, idéale pour les plongeurs bio. On peut en faire le tour. Les ascidies (Phallusia mammillata) y sont énormes !
  • Basse Jean-Paul : Cette roche est orientée nord-sud et se présente sous la forme d’une grosse amande. Elle est très riches en diverses espèces de poissons. On peut y observer de jolis spécimens de vieilles communes (Labrus bergylta) et de coquettes (Labrus mixtus). Si on s’écarte un peu du caillou, on tombe sur des éboulis qui offrent des abris à des bêtes à pinces de toutes sortes !
  • Pointe Trémet : C’est une grande roche qui ressemble assez à la Basse Jean-Paul, on peut y voir nombre de poissons, la faune fixée y est généreuse.
  • Basse Dinan : Il s’agit d’une roche isolée un peu au sud des Tas de Pois dont le haut culmine vers 6 à 8 mètres. Cette roche présente l’avantage d’être peu exposée au courant malgré son côté isolé. Elle tombe rapide sur 26 mètres et on peut y trouver de jolies failles couvertes d’alcyonnaires jaunes (Alcyonium digitatum) et d’anénomes-bijou (Corynactis viridis).
  • Ilot Liéval (2 plongées) : C’est certainement la plongée que j’ai préférée ! Il s’agit de 2 roches oblongues orientée nord-sud, séparées par une tache de sable blanc. Ces 2 roches sont couvertes de failles propices à héberger de nombreuses bêtes à pince de toutes sortes (galathées, homards, langoustes, …) ainsi que de nombreuses araignées. Quand on part vers l’ouest, on se trouve sur des espèces de marches d’escalier qui descendent vers le sable. Sur ces marches, on peut rencontrer des araignées en vadrouille et on y trouve quelques patates de roche qui hébergent des congres. J’ai pu jouer pendant quelques minutes avec deux seiches commune (Sepia officinalis) peu farouches qui semblaient intriguées par notre présence !
  • La Fraternité : C’est un grand plateau rocheux qui tombe en pente douce vers 15-16 mètres. Dans la zone des 8 mètres, on trouve beaucoup de laminaires. En partant vers l’ouest on tombe sur des failles orientées est-ouest, dans lesquelles on peut facilement descendre à deux pour se protéger du courant. J’y ai vu de grosses araignées et de très grosses vieilles, ainsi qu’un petit banc de coquettes mâles (une dizaine d’individus).

Voici un un petit montage vidéo avec lequel je tente de  résumer ce que nous avons pu observer :

Nul doute que nous retournerons plonger au club Léo avec Malo et toute son équipe !

Et vous avez vous déjà plongé dans le coin de Camaret ? Merci pour vos retours !

7 réflexions au sujet de “Camaret : Des Explos avec le Club Léo !

  1. Salut Philippe,
    Sympa ton récit Philippe, je dirais comme d’hab
    J’ai bien aimé la partie préparation de ton organisation au cordeau
    Petit point qu’on peut étudier c’est vu que tu récupère tous les documents administratifs avant de partir, c’est de scanner le dossier et de le pousser au centre qui accueil. Comme cela ils vérifient les infos du groupe en période calme et en cas de pépins ils ont toutes les infos sous la main
    C’est smpe de saint malo qui m’a soumis le fonctionnement…
    Et que l’on soit solo ou groupe, ça montre un minimum d’organisation et si cela simplifie la vie de tous….
    Comme cela ils vérifient une fois à l’arrivée pour la forme et hop, administratif fait et enjoy

    Sur la partie sites, j’avais déjà dans l’idée d’y aller, je pense que cela va se concrétiser dans les années à venir 😉

    @+
    Seb

    • Merci Sébastien de ta fidélité !
      Oui le SMPE accepte les scans de dossiers, mais tous les centres ne l’acceptent pas, c’est pourquoi, je maintiens le fonctionnement “à l’ancienne” ! Tu peux aller à Camaret les yeux fermés (enfin ouvre les sous l’eau), les sites sont super !

  2. Bonjour Philippe
    Encore une fois merci pour ce joli C.R, tout comme toi j’apprécie tout particulièrement la pointe Bretonne, pour y aller depuis une dizaines d’années, j’y vais autant pour les paysages et les balades que l’ont peu y faire sur les petits sentiers qui borde la côte.
    Dés qu’il m’est possible j’en profite bien sur aussi pour plonger, d’ordinaire avec le centre ISA et aussi avec Pascal de la petite structure associative de Roscanvel (un pur celui la !!).
    Il ne m’a jusqu’ici jamais été possible de plonger avec le club Léo Lagrange, sur les w.e ils ne prenaient pas de P1, (je me suis laissé dire que le club avait changé de propriétaire cette année..??) les plongées du samedi étant plus particulièrement réservés aux palanquées auto-encadrées, mais cet été je compte bien combler cette lacune très bientôt.
    Tout ceci pour abonder dans ton sens la pointe Bretonne, lorsque la météo est clémente, est unique pour la plongée, peu de courant en baie de Douarnenez généralement une très très bonne visibilité, une faune et une flore superbe et des sites pour tous niveaux !!!
    Marc:.

    • Merci Marc, oui le Centre ISA et le club Léo sont des centres vraiment très bien ! Et ils permettent de profiter des 2 côtés de la presqu’ile !

  3. Bonsoir,

    Tombé par hasard sur ce blog que je commence a aimer,
    et surtout sur cet article sur le Club Léo!

    Et dire que j’ai commencé la plongée chez eux en 1999, l’été de mes 14 ans! Un baptême a la plage du Corréjou, et directement enchaîné sur le niveau 1. Ce club a été tellement bon qu’on peut dire qu’il a changé ma vie puisque je suis maintenant manager d’un centre de plongée.

    La vidéo m’a fait énormément sourire! Combien de fois ai-je plongé a La Fraternité ??

    Merci mille fois !

    pierre

    • Merci Pierre pour ton retour ! Je suis content si j’ai pu te rappeler de bons souvenirs de plongées bretonnes, à ce que je comprends sur ton blog, tu sévis dans eaux plus chaudes aujourd’hui !
      J’ai moi-même de bons souvenirs au Korrejou, que ce soit en bateau ou en plongée… !
      @Plouf et peut-être au plaisir
      Philippe

      • 🙂
        Oui, Japon (tropical) aujourd’hui, avec plus de temps libre qu’avant, j’ai decidé de redonner un nouveau souffle a mon propre petit blog.

        N’hesitez pas a revisiter plus tard

        A tres bientot 🙂

Laisser un commentaire

78411566b40fcc8e151800fe8b56b682$$$$$
%d blogueurs aiment cette page :