Le palier de sécurité, c’est utile ?

Palier de SécuritéChaque saison dans mon club, nous formons des plongeurs autonomes à 20 mètres. au cours de ces formations, nous abordons la décompression aussi bien en plongée technique que sur les aspects théoriques. La saison dernière, j’ai revu de fond en comble l’enseignement de ces aspects pour “alléger” la théorie sur les tables et renforcer la théorie et la pratique des ordinateurs de plongée. Néanmoins, la question du palier de sécurité ne tarde jamais à refaire surface. Ainsi, il y a toujours au moins un stagiaire qui me pose la question fatidique : “Le palier de sécurité, c’est obligatoire de le faire ?”. J’ai donc pensé intéressant le fait de partager mes idées, mes réflexions et ma pratique autour du “sacro-saint” palier de sécu !

Dans la suite, je vais faire un rapide historique pour situer comment est apparue cette pratique pour ensuite donner quelques pistes de réflexion par rapport à notre façon de plonger aujourd’hui.

Quand j’ai commencé à plonger, en 1978, les ordinateurs de plongée n’existaient pas, seuls quelques plongeurs possédaient un décompressimètre, et la quasi totalité utilisait les tables G.E.R.S. 65 (ancêtres des fameuses tables MN90, officiellement toujours en vigueur aujourd’hui). Ce que je me rappelle notamment de ces tables c’est qu’elles disaient “30 mètres / 30 minutes, pas de palier” ! (alors que les MN90 limitent à cette profondeur la durée d’immersion à 10 minutes !). D’autre part, elles imposaient systématiquement la réalisation d’un palier de sécurité de 3 minutes à 3 mètres (en tout cas, c’est comme cela qu’on me les a enseignées). Ensuite, la FFESSM a adopté les tables MN90, ces tables ont fait disparaître la notion de palier de principe, mais son usage a perduré. Les ordinateurs de plongée, y compris les plus récents conservent eux aussi la notion de palier de sécurité. On peut d’ailleurs se poser la question de leur fonctionnement lorsque certains modèles pour une petite immersion dans la zone des 10 mètres de environ 15 minutes proposeront tout de même un “Safety Stop” de 3 minutes avec une profondeur plafond de 3 mètres…

Pour répondre à cette “épineuse” question, je vais juste faire appel à du bon sens. Je vais considérer un profil de plongée avec lequel l’ordinateur ne donne pas de palier obligatoire (c’est à dire une plongée multi-profondeur où votre ordinateur considère toujours être dans la courbe de sécurité, ce qui est le profil de la majorité des plongées effectuées en exploration pendant nos vacances) et pour lequel on arrête la plongée quand votre manomètre indique 50 bar. Bien entendu, les plongées “engagées”, avec des paliers à 6 et 3 mètres obligatoires ne rentrent pas dans le cadre de ce petit billet !

Alors faut-il ou ne faut-il pas faire ce satané palier de sécu ? J’ai tendance à dire que si les conditions s’y prêtent, pourquoi pas ! Cela vous permettra de passer quelques minutes supplémentaires sous l’eau en admirant les tryptérigions, les gobies, ou les girelles paons qui vivent à faible profondeur ! Mais comment définir les conditions favorables ? J’ai tendance à les classer par ordre d’importance. en effet, la présence de courant, l’existence d’une houle, ou d’un ressac sont des éléments rendant la réalisation du palier inconfortable, voire hasardeuse. il convient donc de ne pas le faire dans ce cas-là.

L’absence de visibilité, le froid, et l’aisance des plongeurs de votre palanquée sont autant d’éléments à prendre en compte pour décider conjointement (et idéalement préalablement) si on peut se permettre de faire le palier de sécurité.

De même, si vous devez faire votre palier de sécurité dans le bleu, sans trop savoir où se trouve le bateau, il ne sert à rien de rester quelques minutes supplémentaires qui immanquablement vont vous éloigner du navire ! il vaut faire surface, prendre le cap, se ré-immerger à 3 ou 4 mètres de profondeur, rejoindre le bateau à la palme (en prenant soin de rester bien groupés) et en arrivant au bateau, vous pouvez tout à fait rester 3 minutes pour un palier tranquille en toute sécurité.

Par contre, si, en fin de plongée, vous vous trouvez dans un endroit calme, protégé du courant, avec une visibilité correcte, et bien sûr des choses à observer, alors faites-vous plaisir !Maintenant, quel bénéfice peut apporter un palier de sécurité ? En fait, il va permettre une meilleure désaturation en favorisant l’élimination de l’azote dissous dans l’organisme. Donc si on peut le faire en toute quiétude, il ne faut pas hésiter. Mais il ne faut pas non plus se rendre esclave de celui-ci, et ne pas hésiter à l’interrompre, car le palier de sécurité n’est jamais obligatoire !

vous l’aurez bien compris, il n’est pas si simple de répondre à cette question qui parait pourtant simple ! Et vous, avez-vous des retours d’expérience et des avis pour ou contre le palier de sécurité ? Merci pour vos retours !

Je remercie Kevin Pouget et son blog Voyage en Polynésie dont j’ai utilisé une photo pour illustrer ce billet.

22 réflexions au sujet de “Le palier de sécurité, c’est utile ?

  1. merci pour ce billet
    tu ne traites pas, volontairement ,du palier de sécurité lors d’une plongée avec paliers obligatoires
    j’aurais bien aimé avoir ton avis ce sur sujet

    • Merci à toi d’avoir pris le temps de le lire ! Effectivement, j’ai écarté de l’article ce cas. En effet, lorsqu’on est amené à faire quelques minutes de palier à 6 minutes et passer un certain temps au palier de 3 mètres, je ne vois pas ce qu’un palier additionnel de 3 minutes va apporter. Je pense qu’il est plus intelligent de régler le conservatisme de son ordinateur pour se mettre en sécurité, quitte à passer globalement plus de temps dans la zone de décompression !

  2. Comme toujours clair et concis, d’accord avec toi sur le palier de sécu, lorsque les conditions s’y prêtent “ça mange pas de pain”, mais à condition que la remontée soit correcte et en accord avec son ordi.
    (petit bémol, mes yeux ont du mal à lire ton exposé vu le motif du fond ! 😉

  3. Merci pour ce blog !!!

    Je fais par contre une remarque.
    Le palier de 3m ne permet pas une meilleur désaturation qu’en surface. La pression etant supérieur a 3 m qu’a 0. Pour moi il permet de palier a un eventuel risque d’ADD. Les ordis/table etc sont basé sur des stats et/ou modeles mathématiques et comme tout le monde le sait nous plongeurs sommes des etres humains avec ses particularité propres.

    • Merci à toi d’avoir pris le temps de lire ! Mea culpa, j’ai très mal exprimé le fond de ma pensée, le palier effectivement ne permet pas une meilleure élimination de l’azote, mais prévient l’accident de désaturation bien entendu, tu as bien fait de me reprendre !

  4. Bonjour Philippe,
    En tant que jeune plongeuse, je me suis retrouvée confrontée au problème cet été. par principe, si pas de paliers obligatoires et mer calme, ça ne mange pas de pain. le cas s’est posé pour des plongées avec paliers : du coup, ça a permis à toute la palanquée d’harmoniser le temps passé à 3 m car en fonction des paramètres des ordis différents de chacun, il y avait toujours des écarts arrivés à 3m. donc au final, palier de sécu souvent fait pour respecter la cohésion de la palanquée. merci pour ce billet qui a le mérite d’être simple.

    • Merci à toi Laetitia de prendre le temps de lire mon blog ! Comme toujours, il faut faire preuve de pragmatisme et de bon sens et tout va bien ensuite !

  5. Bonjour Phil
    Comme dab, clair et concis…dans notre club, nous faisons rarement de palier de sécu, car en estuaire de Loire les conditions sont rarement favorables, visi, courant, houle, donc aucune raison de prendre le risque de dériver, ou de se prendre le bateau sur la tête.
    Encore merci pour cet article.
    Marc:.

  6. bonjour n’ oubliez jamais le facteur “age” !!!!!!!!!! je plonge depuis 1965 !!!!! et je plonge toujours à 71 ans !!! mais j’ ai “durci” mon ordi et je fais toujours les paliers de sécurité bien sur lorsque c’ est possible ==!!!!!! bien à vous Marcel de Belgique

    • Merci Marcel ! Oui moi aussi j’ai durci mon ordinateur, je plonge depuis moins longtemps (1978) mais si je peux faire le palier en tout quiétude, et que je peux observer des petites bêtes, je ne m’en prive pas !

  7. Merci pour cet article, qui reflète assez bien ma pensée. J’ai moi aussi ‘refondu’ mes cours sur la décompression. Et ça n’est pas facile de faire comprendre la ‘philosophie’ de la déco, ni que tables et ordis se basent sur des ‘modèles’ et pas la réalité physiologique. Bref, je me ‘débat’ aussi avec la configuration des ordi qui proposent automatiquement un palier de principe. Augmenter sa déco : Oui, mais seulement si nécessaire et en sécurité !
    Gilles

  8. Bonjour,

    Commençons par une trivialité… merci pour ce blog clair, bien conçu et informatif !

    Personnellement, lorsque j’enseigne, je fais très attention au vocabulaire employé: Je parle de palier obligatoire (indiqué par l’ordinateur) et de palier de sécurité (pas nécessairement indiqué par l’ordinateur).

    Lorsqu’on me demande s’il faut toujours faire un “palier de sécurité obligatoire”, j’indique l’existence du palier obligatoire et du palier de sécurité. C’est l’occasion à ce moment là de s’assurer que tout le monde sait lire son ordinateur… et là, Ô surprise !!!

    Comme indiqué dans le billet, il faut insister sur le fait que le palier de sécurité (si pas de palier obligatoire) est laissé à l’appréciation de la palanquée (plongeurs autonomes) ou du GP (palanquée encadrée). Dans tous les cas, selon moi, c’est plutôt une notion à aborder lors de formation PN4, car seule l’expérience permet d’avoir la maturité suffisante pour évaluer si on effectue un palier de sécurité, si on doit l’interrompre (cause de houle, courant, froid, nausée d’un plongeur, …), ou si on n’en fait pas.

    • Merci Michel pour tes encouragements !
      Oui, tu as raison, nous devons insister sur l’enseignement de l’usage de l’ordinateur pour être sûrs que nos plongeurs savent les déchiffrer et les utiliser. Ensuite, insister sur le bon sens pour que les bonnes décisions soient prises !

  9. pour compléter la réponse de Michel
    les paliers obligatoires existent
    les paliers de sécurité (j’aime pas ce mot) existent

    mais il existe aussi les paliers de sécurité obligatoires …

    ces paliers sont proposés lorsque le profil de plongée est considéré comme accidentogène (yoyo, remontée rapide) mais sans que les paliers obligatoires soient encore nécessaire selon le modèle de sursaturation.
    Ne pas les faire ne bloquera pas la plongée mais majorera les plongées suivantes.
    Alors qu’avec un palier obligatoire, l’ordinateur sera bloqué.
    Alors qu’avec un palier de sécurité, il n’y aura pas de majoration.

    Ainsi, chez Suunto, tous les modèles récents intègrent ce nouveau type de palier.
    Ce type de palier existe aussi chez d’autres marques comme chez Genz (Xdeep) sur les modèles Black.

    exemple : page 16 de
    http://ns.suunto.com/Manuals/Vyper2/Userguides/Vyper2_guide_de_lutilisateur_FR.pdf

  10. La joie des paliers de sécurité…. 🙂

    Personnellement, lorsque j’enseigne, je préfère parler de palier de “confort” (si ce palier avait quelque chose à voir avec la sécu, il serait obligatoire).

    Du coup, j’insiste bien qu’il ne doit être réalisé que dans des conditions optimales de plongée (pas de courant, pas en eau froide, pas si visi pourri, pas en mer démontée……).

    Le petit soucis aujourd’hui est que pas mal d’ordinateurs intègrent ce palier de “sécurité”. Beaucoup de personnes n’étant pas capables de faire la différence entre l’affichage des paliers obligatoires et ceux de “sécurité”, on se retrouve parfois avec des personnes voulant absolument terminer leurs palier de “sécurité” alors qu’ils sont en situation très inconfortable au palier.

    Je pense que la formation à un grand rôle à jouer sur ce genre de comportement.

    • Merci de ta contribution Sébastien !
      Effectivement la formation, notamment à la manipulation des ordinateurs doit faire l’objet d’un soin particulier. J’ai moi-même adapté le cours sur les ordis en conséquence !

  11. Bonjour
    Petite “justification” du palier de sécurité, surtout prôné par les américains (toujours enclins à se faire des procès).
    PADI propose de la plongée récréative, surtout sans palier.
    Le plongeur doit s’organiser pour ne pas en faire.
    Donc, dans l’absolu, pas de risque d’ADD. En ajoutant ce palier de sécurité, PADI se couvre en cas d’ADD : si on en fait un malgré les recommandations (injonction ?) de ne pas faire de palier + palier de sécurité, c’est que le plongeur n’est pas dans la norme. C’est donc SA responsabilité et non celle de PADI ou du moniteur PADI.
    Idem pour les ordinateurs : si ADD après palier de sécu, c’est la faute du plongeur qui n’entre pas dans les standards d’utilisation définis par le fabricant.

    • Merci Chris ! Effectivement, c’est une “justification” qui peut permettre de de se couvrir en cas d’incident… Mais perso je trouve ça un peu “capillo-tracté” ! 😉

Laisser un commentaire

782ac58d41ac7e0f63d641df022b177500000000000000000
%d blogueurs aiment cette page :