Qu’y a-t-il dans la nouvelle version du MFT ?

Logo Commission Technique FFESSMLa FFESSM est la fédération délégataire de l’état pour la définition et l’application du Code du Sport en France, pour la spécialité plongée en scaphandre. La déclinaison opérationnelle de ce code est effectuée dans le Manuel de Formation Technique, destiné aux encadrants et aux moniteurs. Ce manuel définit pour chaque qualification, et pour chaque brevet les diverses compétences et aptitudes à acquérir pour prétendre à exercer les prérogatives associées à un diplôme obtenu. Ce manuel est régulièrement mis à jour afin de prendre en compte des évolutions dans les pratiques. Le 13 Février 2019, une mise à jour assez importante a eu lieu, tant sur la forme que sur le fond. Le but de ce billet est donc d’en présenter les grandes lignes : L’idée ici n’est pas de regarder dans le détail chaque modification intervenue, et les conséquences associées sur les cursus de formation, mais plutôt de donner l’esprit général des changements survenus dans le manuel…
Une particularité de la FFESSM est qu’elle publie son Manuel de Formation Technique (MFT) en ligne, qu’elle le met en accès libre à tout un chacun. Je souligne ce point car un certain nombre d’écoles de plongée n’ont pas cette transparence (et pourtant la fédération est souvent et promptement critiquée). Je note que les fédérations avec lesquelles la FFESSM a mis en place des équivalences de brevets, la plupart d’entre elles adoptent la même stratégie. C’est le cas de la FSGT, de l’ANMP (par la description du cursus de formation et l’articulation des 8 modules pouvant être délivrés, le contenu détaillé de chaque brevet n’étant pas mis en ligne) et du SNMP. Le cas de l’UCPA est un peu différent, en ce sens qu’il peut délivrer réglementairement des diplômes, mais à ce que j’ai compris (et je peux me tromper), cet organisme continue à délivrer des diplômes FFESSM. Par ailleurs, à ce que j’en connais, les écoles professionnelles étrangères (PADI, SSI, GUE, …) se contentent de publier le cursus général de formation, sans rendre public les contenus explicites de formation.

Sur la page du sommaire du MFT, on peut consulter chaque chapitre, et avec la date de dernière révision, on voit les documents modifiés récemment. La modification du 13 Février 2019 touche donc les documents suivants :

Sur la forme, Les fichier au format PDF disponibles intègrent dorénavant des liens hypertextes, permettant un accès rapide aux éléments, dans le cas d’une lecture sur écran. D’autre part, les documents n’utilisent plus (enfin !) l’horrible police de caractères « Comic Sans MS » qui pose tant de problèmes de lecture aux personnes souffrant de troubles dyslexiques. Les supports, pour la plupart, présentent un schéma heuristique (ou carte mentale) en introduction afin de résumer les attendus pour atteindre la cible. Cette manière de présenter les choses a pour intérêt de faciliter la lecture, et de permettre une vision synthétique des compétences et aptitudes à acquérir pour obtenir le diplôme souhaité. Sur cette page , on trouve aussi des renvois vers :

  • Le rappel des prérogatives du brevet ou de la qualification, les conditions d’accès à la formation, et les règles d’organisation de la formation et de délivrance du diplôme.
  • Le récapitulatif des connaissances théoriques à acquérir.
  • Éventuellement, une proposition de fiche de suivi et d’évaluation (la mention explicite « Cette fiche n’a aucun caractère obligatoire, elle est modulable et il appartient au moniteur de l’adapter pour sa propre utilisation » est d’ailleurs sur cette fiche).

Sur le fond, une lecture rapide de chacun des supports disponibles amène les commentaires suivants :

  • Plongeur PA12 : une clarification du contenu de cette formation est opérée, on voit beaucoup clairement les attendus et les compétences à acquérir.
  • Plongeur Niveau 1 : Les connaissances théoriques à acquérir ont été très grandement allégées, il n’y a plus d’examen écrit pour la théorie.Les compétences à acquérir sont au nombre de 10, regroupées autour de 3 thèmes : « Les fondamentaux » (4 compétences : s’équiper et se déséquiper, se mettre à l’eau et sortir de l’eau, communiquer, retourner en surface), « Évoluer dans l’eau » (5 compétences : s’immerger, se propulser, se ventiler, s’équilibrer, respecter le milieu et l’environnement) et « Les compétences spécifiques » (1 compétence : évoluer en sécurité).
  • Plongeur Niveau 2 – PE40 – PA20 : Les trois anciens supports « Brevet Plongeur Niveau 2 »,  « Qualification Plongeur PA20 » et « Qualification Plongeur PE40 » sont fusionnés dans un seul et même document. À cet effet, les compétences sont été réparties en trois groupes : Les compétences communes (au PA20 et PE40), les compétences spécifiques PE40 et les compétences spécifiques PA20. Les connaissances théoriques peuvent être évaluées à l’oral ou à l’écrit. Sur cette même partie théorique, les tables MN90 (nommées « Table Fédérale ») sont utilisées à titre d’exemple et d’illustration.
    Les compétences communes sont au nombre de 3 : « s’équiper et se mettre à l’eau« , « s’immerger, se propulser, se ventiler » et « respecter le milieu et l’environnement« .
    Les compétences spécifiques PE40 sont au nombre de 4 : « ventiler et s’équilibrer« , « communiquer avec le GP« , « retourner en surface« , et « intervenir en relais sur un équipier en difficulté« .
    Les compétences spécifiques PA20 sont également au nombre de 4 : « être attentif au matériel de ses équipiers« , « évoluer en autonomie« , « planifier la plongée en fonction des consignes du DP« , et « intervenir et porter assistance à un plongeur en difficulté« .
    Pour le PA20, l’exercice de REC (Remontée en Expiration Contrôlée, embout en bouche) refait son apparition.
    Pour le PE40, il est expressément spécifié que la formation peut s’effectuer dans la zone 0-40 mètres (sous l’encadrement d’un E3.
  • Plongeur Niveau 3 – PE60 – PA40 : Les anciens supports « Plongeur Niveau 3 », « Qualification Plongeur PA40 » et « Qualification Plongeur PE60 » sont fusionnés dans un seul et même document, dans la même démarche que pour le document précédent. Comme pour le plongeur Niveau 2, les compétences sont réparties en trois groupes : La compétence commune (au PA40 et PE60), les compétences spécifiques PA40 et la compétence spécifique PE60.
    La compétence commune est : « respecter le milieu et l’environnement« .
    Les compétences spécifiques PA40 sont au nombre de 3 : « planifier la plongée« , « évoluer en autonomie« , et « intervenir et porter assistance à un plongeur en difficulté« .
    La compétence spécifique PE60 est : « s’adapter à la profondeur« .
    L’obtention du brevet de Plongeur Niveau 3 est subordonnée à l’acquisition de 3 compétences complémentaires : « organiser la plongée« , « évoluer en autonomie« , et « RIFA Plongée« .
    Après avoir eu l’impression que l’obligation d’effectuer des plongées techniques dans la zone 40-60 mètres (et donc encadrées par un MF2) apparaissait « en filigrane », j’ai pu être rassuré par un des rédacteurs de cette version. Il n’y a pas de changement par rapport à aujourd’hui. Un MF1 peut délivrer un niveau 3 tout comme actuellement.
    Comme pour le plongeur Niveau 2, les connaissances théoriques peuvent être évaluées à l’oral ou à l’écrit. Sur cette même partie théorique, la « Table Fédérale » est utilisée à titre d’exemple et d’illustration (il n’en est demandé qu’une connaissance).
    Enfin, on notera l’apparition de la réalisation d’une apnée de 15 mètres linéaires à une profondeur de5 mètres, et la réalisation d’un capelé non chronométré de 300 mètres, ce que je trouve aller dans le bon sens encore une fois !
  • Plongeur Niveau 4 Guide de Palanquée :Le document a conservé la mise en page classique et ne diffère pas beaucoup de l’ancienne version. J’ai simplement relevé la disparation pure et simple de l’épreuve de « Remontée Sans Embout » (RSE) de 25 mètres, ce qui réjouira, j’en suis certain un grand nombre de plongeurs. En première lecture, je n’ai pas vu d’autre évolution.
  • Tuteur de Stage Initiateur : De même que précédemment, le formalisme classique a été conservé. Je n’ai relevé dans ce support qu’une nouvelle rédaction, tendant à rendre les choses plus claires, et l’évolution de la compétence C9, « contraignant » le stagiaire TSI à effectuer l’animation d’un atelier pédagogique lors d’un stage initial, et en piscine ou en milieu naturel, sous l’autorité d’un moniteur MF2.
  • Moniteur Fédéral 2ème Degré : Dernier document ayant subi une révision, le descriptif pour le MF2 s’adapte aux modifications (tout en gardant la mise en page « classique »), la seule modification y étant apportée étant la disparition de la RSE du programme des épreuves du MF2, au profit de la « DTMR 35 », à savoir la « Démonstration Technique de Maîtrise de Remontée gilet depuis la profondeur de 35 mètres.

Je constate qu’avec cette nouvelle rédaction, le MFT met en évidence l’acquisition de compétences communes ou spécifiques qui placent, selon ma compréhension, l’approche pédagogique sous la méthode d’acquisition d’unités de valeur, ou de savoir-faire (« skills » en anglais). Ceci rapproche la méthode fédérale des écoles anglo-saxonnes, ce qui, à mon humble avis, va dans le bon sens car nous nous rapprochons ainsi des standards internationaux de formation. Encore un petit pas, et nous serons bientôt alignés avec un contrôle continu valable sur le territoire !

Je me rends aussi compte que je vais devoir « passer un coup de peigne » dans mes supports de cours théoriques, ceux-ci deviennent de fait inadaptés à cette nouvelle version du MFT… J’ai donc du pain sur la planche !

Et vous, que pensez-vous de cette évolution du manuel de formation technique, considérez-vous qu’elle va dans le bon sens ? Merci d’avance pour vos retours !

 

 

 

 

 

12 réflexions au sujet de “Qu’y a-t-il dans la nouvelle version du MFT ?”

  1. Très intéressant. Puisqu’il en faut un qui lance le débat …quel est ton avis sur la possibilité qu’a ou aurait un MF1 de délivrer des N3 ?

    Amitiés
    Marc

    • Merci Marc ! J’ai lu plusieurs fois le chapitre « Plongeur N3 ». De fait, je pense qu’aujourd’hui, il n’y a aucun changement, un MF1 peut toujours délivrer un diplôme N3, il n’y a pas d’obligation formelle de réalisation de plongées techniques à 60 mètres en tant que telle… Néanmoins, le découpage en compétence à acquérir (PA40, PE60, compétences complémentaires va « contraindre » les clubs à trouver un MF2 pour faire faire ces plongées…
      Je pense qu’il s’agit là d’une sonde lancée pourvoir si il y a des réactions.
      Amitiés et à un de ces jours j’espère !

  2. Bonjour

    Toujours les articles très intéressantes ! Ayant posé la question directement à un des rédacteurs de ce MFT « nouveau format »: la réponse est claire un MF1 peux toujours valider un N3. Après si à plus long terme on ne reconnait que les aptitudes et on ne forme plus pour des niveaux, ça changerait peut être ??
    Sinon je partage l’avis que le nouveau format rapproche plus des standards internationaux. C’est bien je trouve et le MFT est plus digest.

    Bonne continuation
    Mark

  3. Salut Phil
    J’ai eu la notification des évolutions et je ne regrette qu’une chose : la disparition de la page de gestion des versions et des corrections.
    Le point positif : ca oblige à relire intégralement le document pour en trouver les différences
    Le point négatif : on risque de passer à côté d’une subtilité

    Après, les dinosaures (avec tout mon respect) vont hurler au scandale (Quoi ? on va bientôt faire l’impasse sur les sacro-saintes MN90 ?) et les progressistes vont applaudir des deux mains la place à l’ouverture qui est mise en oeuvre (évaluation orale des connaissances).

    Bon, maintenant, RSE ou pas, faut que je le valide ce N4… et la DTMR c’est pas plus facile…

    Avec toute mon amitié

    • Hello Éric, le regroupement des compétences avec la carte mentale me semble une très bonne idée, et on allège le cursus théorique, tout cela va dans le bon sens !
      Perso, je ne pleurerai pas sur la disparition de la RSE, exercice d’un autre âge… Quant à la DTMR, un peu de travail technique, de la concentration, et ça le fera !
      Bonne continuation dans ton aventure inoubliable !

  4. Bonjour. Je dis bravo pour cette modification. Et j’apprécie le chapitre modalités d’évaluation. Cela permet d’être clair.
    Petit regret pour l’évaluation de l’apnée au N1. (quelques mètres en apnée inspiratoire et expiratoire). Bien de préciser inspiratoire et expiratoire, mais que veut dire « quelques mètres? Le moniteur est laissé libre de juger. Un bassin demanderont-certains, mais 25 ou 50 mètres. Pour moi 5 mètres, c’est déjà bien.
    Dans les formations, on nous demande d’éviter les termes imprécis comme un peu, beaucoup, loin, quelques, etc. Il faut montrer l’exemple.
    Mais satisfait quand même.

  5. Salut Philippe,

    Bravo pour ton travail de décryptage.

    Je suis emballé par ce nouveau MFT. C’est une vraie bonne surprise. Les nouveaux documents « plongeurs » sont clairs, lisibles et ils me semblent accessibles à tous, à commencer par les plongeurs eux même. Finis les cours de théorie où on hésitait à montrer le MFT aux plongeurs par crainte de les rebuter. Les nouveaux documents, on les imprime, on les plastifie, on les conserve, on les partage.

    L’utilisation des cartes heuristiques permet de comprendre rapidement quelles sont les compétences attendues.

    Le travail de clarification de la description des compétences elles même est remarquable . C’est moins « jargon », on explique ce qui est attendu, on donne les éléments de réalisation, les critères d’évaluation et même – cerise sur le gâteau ! – des éléments de théorie liés à l’acquisition de la compétence elle même. Le fameux « La théorie au service de la pratique » est écrit noir sur blanc.

    Par ailleurs, je trouve qu’on a maintenant plus d’éléments pour orienter un N1 vers un PE40 ou / et un PA20 puis vers un PA40 ou un PE60 sans forcément aller jusqu’au N3.

    Dans la catégorie « Peut mieux faire », je te rejoins sur le PE60. C’est encore flou mais c’est difficile de trancher. Si tu dis que le N3 est validé par un MF2 (ce que ne serait pas déconnant en soi), ça fait du N3 un niveau de Codep. Beaucoup de clubs, dont le mien, n’ont pas de MF2.

    En tous cas, bravo pour ce nouveau MFT

    A bientôt

    Ronan

  6. Merci Phil pour le travail de comparaison effectué.
    Nous allons plutôt dans le bon sens en effet en simplifiant les premiers niveaux et en facilitant la poursuite des formations pour ces plongeurs.

    Je m’interroge toujours sur la pertinence d’un examen oral pour la validation des niveaux de plongeurs autonomes (c’est surement un autre débat).

    Grand merci à la sainte personne qui à proposé le remplacement de la police de caractère 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aliquam in ut non mattis odio
%d blogueurs aiment cette page :