Retour à Las Galletas, requin-ange et bonites à l’arrivée !

Requin-angeComme l’année dernière, avec S., ma binôme préférée, nous avons décidé de retourner dans l’archipel des Îles Canaries. Après avoir longuement hésité pour savoir si nous choisissions comme destination une île que nous ne connaissions pas encore, nous avons opté pour le choix de la simplicité : nous repartirons au soleil une semaine recharger nos batteries dans un endroit connu ! Nous sommes donc retournés à Las Galletas sur l’île de Tenerife, pour plonger avec France et Philippe du centre de plongée « Ocean Diving Tenerife – Canaries Plongées« , affilié à la FFESSM.

Nous avons trouvé nous-même notre logement, via la plate-forme Airbnb. Nous avons donc opté pour un petit deux pièces avec balcon au sein d’une résidence dans la « Costa Del Silencio », vaste complexe d’appartements qui jouxte le village de pêcheurs de La Galletas. La résidence dans laquelle nous étions nous donnait l’accès à une piscine, et l’endroit était très calme, propice à une saine récupération après des plongées qui peuvent être profondes. A Costa del Silencio, il y a peu de Canariens ! la majorité des résidents sont Belges, Allemands, Néerlandais, Anglais et il y a bien sûr quelques Français ! Pour preuve, il y a même une rue qui porte le nom de « Calle Ten-Bel », traduisez « Rue Tenerife-Belgique » !

Nous avons atterri le dimanche matin à l’aéroport Reina Sofia, et nous avons pu profiter de la journée pour aller visiter la ville de Santa Cruz de Tenerife, et le massif de l’Anaga tout au nord de l’île. Par chance, nous sommes arrivés en plein lancement des festivités du carnaval de Tenerife, deuxième plus grand carnaval du monde, après celui de Rio.

Dès le lundi matin, nous nous sommes présentés au numéro 8 de la Calle Maria del Carmen Garcia, où nous avons été accueilli comme de vieux amis par Philippe. Nous n’avons pas dérogé à la classique présentation de nos cartes de plongeurs, licences, ainsi qu’au traditionnel (et sympathique) palabre pour savoir de quand dataient nos dernières plongées.

Nous n’avons pas plongé suivant le modèle double-tank cher aux espagnols (2 plongées à suivre avec environ une heure d’intervalle surface entre les deux) cette année, mais au contraire, nous avons gardé un rythme plus classique d’une plongée le matin (RDV au centre vers 09h00), et d’une plongée l’après-midi (RDV au centre vers 14h00). Comme nous avons effectué toutes les plongées à l’air, ce rythme m’a permis de me préserver un petit temps de sieste bien réparateur durant la pause méridienne !

Au total nous avons effectué 10 belles plongées de quasiment une heure chacune (nous avons effectué 9 heures d’immersion en 10 plongées, soit une durée moyenne d’immersion de 54 minutes !). Au niveau de la faune observée cette année, mon seul regret va au fait que nous n’ayons pas vu une seule pastenague ! Par contre, nous avons pu observer un requin-ange et admirer sa nage fluide et discrète ! Plusieurs fois, nous avons observé un banc de bonites assez imposant se déplaçant rapidement parallèlement à la côte. Enfin, en allant plonger et en revenant vers le port, nous avons eu la chance d’observer par deux fois des globicéphales noirs de l’Atlantique dont une colonie croise régulièrement aux abords de Tenerife, c’est d’ailleurs cette espèce que l’organisation Sea Shepherd s’efforce de protéger contre la coutume du « Grind » (littéralement le découpage en tranches ») aux Îles Feroë. C’est donc avec un très fort sentiment d’assister à quelque chose d’assez exceptionnel que nous avons pu les observer.

Nous avons même pu découvrir 3 sites supplémentaires par rapport à nos plongées de 2015, ce qui nous a aussi permis de ne pas avoir le sentiment de refaire encore et toujours les mêmes plongées. Il m’est par ailleurs arrivé une mésaventure de perte de palanquée dont je me serais bien passé, j’en ferai un post très prochainement. Il faut cependant bien être conscient que les plongées canariennes peuvent être profondes, et que le compteur à palier se mettre vite à tourner sur un stage d’une semaine, ou de 10 plongées consécutives ! J’ai souvent affiché sur mon ordinateur des paliers à 6 mètres à partir du milieu de semaine. Voici donc un rapide descriptif des sites de plongées sur lesquels nous avons effectué nos immersions canariennes pour cette session 2016 :

Las Rosas / Coral Negro : Il s’agit de deux plongées en une ! Après une belle descente dans le bleu, on rejoint une coulée de lave au bout de la quelle on trouve une petite grotte avec du corail noir. En remontant le long , on revient vers le site « Las Rosas » qui sert aux baptêmes et on termine la plongée au milieu des orgues basaltiques.

Montaña Amarillo (Duna Fosil) : C’est peut-être le site que j’ai préféré à Las Galletas ! il s’agit d’une zone protégée par la fragilité du milieu et la richesse du biotope. C’est en fait une dune fossilisée. On démarre d’une roche en pleine eau dont le fond se trouve vers 20 mètres. sur cette roche, on peut y observer une grande arche cassée dans l’est (« La Puerta ») et de nombreuses cavités avec des petits tunnels dans lesquels on peut se faufiler sans problème. Par rapport au parcours que nous avions effectué l’année dernière, nous avons opté pour le contournement vers lest de la point au sud de La Puerta. Ce contournement permet d’aller observer une énorme boule de grondeurs  qui s’est installée entre deux patates de roches. En revenant plein ouest, on retrouve la dune fossile et sa richesse inégalée.

Cruz San Miguel : C’est une plongée assez exigeante. Le mouillage se fait sur un plateau à environ 20 mètres de profondeur, et on trouve quasi tout de suite la pente le long d’une coulée de lave qui tombe vers 45 mètres. On peut y apercevoir un gros mérou (environ 1 mètre) qui y a élu domicile. En remontant le long de la coulée, on peut observer la faune classique de roche. La plongée se termine sur le plateau et si on ne retrouve pas le mouillage, on fait une remontée en pleine eau pour un palier (qui peut être long) au parachute.

Las Rayas : C’est la plongée la plus populaire de Las Galletas ! En général, le bateau est mouillé à côté d’une nasse qu’il faut laisser main droite pour partir plein sud et trouver une petite épave autour de laquelle on peut observer plein de raies pastenagues peu farouches !

Cueva Ali Baba / El Condesito : Attention, plongée profonde ! et c’est encore deux plongées en une que l’on peut faire, comme on termine l’exploration par l’épave du Condesito. La grotte d’Ali Baba renferme des coraux mous et du corail noir. Au vu de la profondeur, elle n’est accessible qu’aux plongeurs autonomes à 60 mètres, niveau 3. Le retour sur l’épave est très sympa car cela permet d’effectuer une bonne désaturation avec des choses à voir !

Cueva del Tiburon : L’immersion se fait à partir d’un éboulis de roches. L’entrée de la grotte au requin est dans la zone des 18 mètres, quand on part main droite après l’éboulis, on la trouve tout de suite. En partant le long de l’accord de roche main gauche en sortant de la grotte, on part vers l’est et on longe de grands orgues basaltiques. Pour la fin de plongée, il suffit de faire demi-tour et de remonter faire son palier quand on retrouve l’éboulis.

Los Champiñones : C’est une balade entre des champignons de roches ! On se balade de roche en roche. On part plein ouest jusqu’à rencontrer un premier petit canyon orienté sud-nord, puis un deuxième canyon assez grand lui aussi orienté sud-nord. On reprend alors cap à l’est sur le plateau dans la zone des 20 mètres. Attention donc aux paliers en cas de deuxième plongée.

Cueva de la Morena : C’est un site très à l’ouest de Las Galletas qui présente l’intérêt d’être bien protégé des courants. On démarre sur un plateau à la profondeur de 20 mètres et on longe l’accord de roche main gauche. On tomba alors sur une statue de la Vierge, et en continuant, on trouve l’entrée d’une grotte dans laquelle il ne faut pas rentrer tellement elle est profonde et obscure (en tout cas avec un équipement de plongée loisir). On peut ensuite passer sur les patates de roches environnantes et apprécier la faune qui s’y développe. Il y a même sur une d’entre elle, une stèle à la mémoire de J.Y. Cousteau (encore lui!).

Décidément, j’aime la plongée aux îles Canaries ! C’est un vrai plaisir de s’immerger dans une eau à 20 °C en plein mois de février, la faune est très diverse, et on peut avoir la chance d’observer des spécimens assez rares…  Vous trouverez ci-dessous quelques images compilées de nos plongées, bref, j’y retournerai encore !

Et vous avez-vous déjà plongé aux Canaries ? Merci de votre retour !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

luctus Donec Lorem in dapibus tristique Donec
%d blogueurs aiment cette page :