Bascule avant ou bascule arrière ? That is ze Question !

Bascule ArrièreQuand un plongeur prépare le Niveau 1 de plongeur, ses moniteurs lui apprennent, conformément au Manuel de Formation Technique, en particulier sur le chapitre « Plongeur Niveau 1« , différentes techniques de mise à l’eau. Si on exclut la mise à l’eau par descente à l’échelle et le capelage en surface, il reste deux techniques à appréhender : le saut droit et la bascule arrière. Il existe cependant une troisième technique qu’il peut être intéressant d’enseigner : il s’agit de la « Bascule Avant ». L’objectif de ce petit billet est donc de détailler par le menu les techniques standard, et d’expliquer pourquoi j’aime la bascule avant, et en quoi je trouve, dans certaines conditions, cette façon de se mettre à l’eau plus sécurisante que la bascule arrière…


Bien entendu, avant de se mettre à l’eau, il convient d’avoir vérifié et de faire vérifier par son binôme que tout le matériel est ok ! On vérifie donc que la stab est correctement sanglée sur le bloc, que le bloc est ouvert, que le manomètre indique une valeur proche de 200 bar, que le direct-system est fonctionnel, que les purges (haute, basse, et fen-stop si votre stab en possède) sont ok, et que le détendeur principal ainsi que l’octopus fonctionnent correctement !

La technique du saut droit est utilisée si on part d’un bateau de type « chalutier » où on peut se déplacer  équipé, ou bien si on part du bord (typiquement depuis un rocher ou un ponton). De plus le saut droit n’est pas un saut à proprement parler. Il s’agit plutôt d’un grand pas en avant. On commence par gonfler un peu la stab, puis on sécurise son masque et son détendeur par la paume et le bout des doigts de la main droite, tandis  que la main gauche agrippe le bas de la stab (pour éviter un mouvement ascendant au moment de l’entrée dans l’eau, et donc que le premier étage du détendeur ne vienne heurter l’arrière du crane). Avant de faire le grand pas en avant, on regarde l’horizon. En effet, il faut savoir que le regard guide le mouvement (les motards connaissent bien cela), si on regarde la surface de l’eau près du bateau, on va tomber très près de la coque, tandis qu’en regardant au loin, on entrera dans l’eau à quelques mètres de l’embarcation. Après le grand pas en avant, on refait surface rapidement, aidé par la stab un peu gonflée et on fait le signe « Ok » pour signifier au Directeur de Plongée que tout va bien.

La technique de la bascule arrière est à privilégier si on se met à l’eau depuis une petite embarcation (un semi-rigide, ou un pointu méditerranéen par exemple) dans laquelle il est compliqué de se déplacer. On se place assis, dos à la mer, avec le fessier bien à l’extérieur du navire, on sécurise son détendeur et son masque, comme pour le saut droit, avec sa main droite, tandis que la main gauche vient sécuriser la sangle du masque (nombre de plongeurs perdent leur masque au moment d’entrer l’eau, parce qu’ils n’ont pas assuré la sangle). On gonfle un peu la stab, et on se laisse gentiment emporter par le poids du bloc qui provoque la bascule vers l’arrière. On se sera bien entendu assuré par un rapide coup d’œil et par la confirmation du Directeur de Plongée que personne ne se trouve juste en dessous, pour être sûr d’éviter l’accident. Une fois de retour à la surface, aidé par la flottabilité positive générée par la stab, on fait le signe « Ok » au DP.

Ces deux techniques permettent à coup sûr une mise à l’eau en toute sécurité, quand elles sont correctement exécutées, ce qui est l’essentiel. Alors pourquoi parler d’une troisième technique ? Au premier abord, la bascule avant peut paraître plus impressionnante, pour autant, je la trouve tout aussi agréable, voire plus cool, en tout cas, plus marrante que les deux autres. On la réservera pour les petites embarcations, de type semi-rigide. Un fois équipé, et la stab un peu gonflée, on place son genou d’appel sur le boudin du zodiac, et on se laisse emporter le poids du bloc en avant. On réalise alors naturellement un pirouette en avant. la stab fait alors son office de bouée et on remonte très rapidement vers la surface, et on peut indiquer au Directeur de Plongée que tout va bien en lui faisant le signe « Ok ». J’aime bien cette technique car elle permet de bien visualiser la zone où on va se mettre à l’eau, elle garantit aussi la sécurité car on fera jamais une pirouette en avant alors qu’on aura vu un copain plongeur juste en-dessous !

Pour les personnes qui n’ont pas de souci de DBN (dissociation bucco-nasale) ou qui ne portent pas de lentilles de contact, je préconise de se mettre à l’eau avec le masque autour du cou, plutôt que sur le visage : on est sûr ainsi de ne jamais le perdre ! Il vous appartient de toute façon, sous l’autorité du Directeur de Plongée, de décider qu’elle est la mise à l’eau que vous allez privilégier… La meilleure étant bien entendu celle avec laquelle vous vous sentez le plus à l’aise !

Et vous, vous pratiquez vous aussi la bascule avant ? Vous avez envie de l’essayer après la lecture de ce petit article ? Merci par avance pour vos retours !

16 réflexions au sujet de “Bascule avant ou bascule arrière ? That is ze Question !

  1. Salut Phil. Jai utilisé et utilise encore cette méthode de bascule avant Car je la trouve très sécurisante tant pour les personnes qui pour le matériel. Je l’ai faite, Les premières fois, d’un chalutier à Argeles Sur Mer. Elle permettait de ne pas perdre ou casser ses palmes par exemple comme il peut arriver lors d’un saut droit.
    Je rajouterai, par rapport à ton commentaire, juste une petite chose lors de cette méthode Sur une petite embarcation type semi rigide, c’est de ne la réaliser que par mer calme, en raison de la possibilité de perte d’équilibre avant de se positionner. Sinon privilégier la bascule arrière.
    Et pour finir par un excellent boutade, la bascule avant se fait face à la mer,sinon……on tombe dans le bateau

    • Bonjour Anne. Fais toi la démontrer par quelqu’un qui l’a pratiquée ou la pratique encore, pour éviter toute blessure. Bisous, bonnes bulles et bon sejour.

  2. Effectivement c une des techniques de mise à l eau pas forcement plus compliqué que les autres . Le terme exact est bascule commando. Je crois .
    Stéphane .

  3. Bascule avant excellente, plus sécurisante puisqu’on voit où on va se mettre à l’eau effectivement.
    De plus, pour la bascule arrière, même si tous autours du plongeur disent: ok tu peux y aller, il y a souvent de l’hésitation, ce petit moment de « stresse » où il faut faire confiance (pas facile pour tout le monde même si vous connaissez votre élève, si il vous connait et vous trouve sympa etc..

    Perso la saison dernière, après qu’ils aient exécuté saut droit et bascule arrière, je leur ai montré de façon spontanée, la bascule avant en pénétrant dans l’eau légèrement de côté, (genre chute de judo épaule en avant)

    Le MFT côté fédé FR n’en parle pas pour le niveau 1, voulu surement, il y a tant de choses à apprendre 🙂 mais rien n’empêche de l’enseigner.

    Bonnes bulles à tous

  4. Je suis un fervent partisan et pratiquant de la bascule avant avec masque autour du cou = securisant et confortable.
    Amitiés
    Patrick

  5. Bonjour Phil, et merci pour ce petit article avec le rappel des bases avant la mise à l’eau, qu’on a parfois tendance à expédier un peu vite ; pratiquée ici aussi, avec un peu d’appréhension la première fois, mais avec bonheur depuis : je déteste cette sensation de se laisser entraîner par le bloc en arrière justement, là j’ai plus le sentiment de maîtriser, et je suis plus stressée à regarder 3 fois derrière pour être sûre de ne tomber sur personne
    Bonnes bulles à tous

    • Merci Isa ! il est vrai que le première fois qu’on bascule en avant, on peut ressentir de l’appréhension, mais le plaisir l’emporte rapidement ! bonnes bulles à toi !

  6. Bonjour Phil,
    bascule avant « presque imposé » par le propriétaire du bateau afin d’éviter les frottements du bloc sur les boudins du semi-rigide. Technique simple qui permet vraiment d’éviter de prendre un plongeur sur le haut du crane. La version avec le masque autour du cou m’intéresse, je n’ai jamais vu quelqu’un la pratiquée, ce sera une première pour moi à la prochaine occasion. Je me permet une précision : les commandos sont allongés sur le boudin et ils glissent à l’eau alors que le bateau est en mouvement.
    Merci Phil pour tes articles, ils amènent à réfléchir sur notre activité ainsi que la façon de la pratiquer.
    bonnes bulles à tous

    • Merci RouquinPèlerin ! J’ai vu tellement de copains et de copines perdre leur masque à la mise à l’eau, que j’ai adopté cette technique de sauter avec le masque autour du cou… Remarque j’y suis tellement habitué que la dernière fois, j’ai carrément oublié mon masque ! Personne n’est parfait ! 😉

  7. Bonjour,

    Je trouve enfin le nom de cette technique vue l’année dernière lors de mon Niveau 2. Lorsque la monitrice l’a exécutée j’ai tout de suite su que je voulais apprendre à le faire (10 ans de judo ça aide aussi ….). par contre moi c’est masque sur le visage (ben oui j’ai un masque a ma vue et sans lui je verrais pas si quelqu’un passe en dessous ….).
    Sinon ma moitié et binôme préférée, a sa technique, c’est bascule sur le coté. Elle aime pas la bascule arrière (le laché prise est dur a accepter ….). Comme la bascule avant elle pose le genoux extérieur sur le boudin, tiens tout le bordel, et au lieu de passer sur l’épaule extérieur, « glisse » sur le coté. Le poids du bloc et la gravité font le reste ….
    Autre avantage de la bascule avant « commando » c’est d’éviter de mettre un coup de palme dans la tête de ceux qui restent sur le bateau avec la bascule arrière …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

elementum venenatis tempus Lorem at accumsan neque. ut Sed libero.
%d blogueurs aiment cette page :