Comment ne plus courir après mes palmes ?

Lorsque nous partons pratiquer notre activité favorite, nous stockons en général plus ou moins bien notre matériel sur le bateau. Certains d’entre eux sont bien conçus et spacieux, de ce fait ils permettent facilement d’isoler ses palmes près de son scaphandre personnel, ou bien de les accrocher sur un rack les unes à côté des autres sur le pont de mise à l’eau (comme sur les navires de croisière en Mer Rouge par exemple). Par contre, quand on plonge depuis un semi-rigide, il est très courant que les palmes se retrouvent empilées les unes sur les autres devant la console, et cela peut être la cause d’un mélange qui peut amener stress et énervement lors de la mise à l’eau. L’idée de ce billet est donc de vous donner quelques idées pour éviter d’avoir « à courir » après vos palmes avant ou après la plongée (en plus c’est assez difficile sur un semi-rigide ! ).

Le monde de la plongée n’échappe pas aux tendances du monde extérieur, les effets de mode y existent comme partout ailleurs. Ainsi il y a quelques années, une grande majorité de plongeurs (dont moi) et de plongeuses (également S., ma binôme préférée) avaient succombé  à l’attrait des palmes Mares Volo, que ce soit en version chaussantes (les « Race« ) ou réglables (les « Power« ), si bien que sur le bateau de plongée, il en devenait difficile de savoir quelle palme appartenait à qui ! Les modes changent, et aujourd’hui, je constate plutôt un engouement pour des palmes que j’ai pu tester (et depuis adopter), à savoir les fameuses « PatKanard » (comme dirait mon ami L.). Je veux bien sûr parler des « Scubapro Seawing Nova« .

A l’occasion d’une sortie plongée à Gozo, avec plusieurs copains, deux amies plongeuses, F. et R.,  avaient involontairement interverti leurs palmes (les fameuses Volo Race, mais en pointures différentes), l’une avait pris une palme en pointure de l’autre et avait gardé une de ses propres palmes, ce qui fait que l’autre s’était retrouvé avec la deuxième partie du puzzle à quatre pièces ! Cette mésaventure s’était déroulée en fin de séjour, au moment de faire les valises, si bien qu’elles ne s’en étaient rendu compte que quelques semaines plus tard, lorsqu’il avait fallu remettre une palme trop petite et une autre adaptée…

On le voit bien à la lumière de cette anecdote somme toute assez cocasse, on a vite fait de se tromper avec la palme du voisin ! Voici donc quelques trucs basiques et d’autres plus élaborés pour vous permettre d’avoir toujours vos deux palmes assorties :

En tout premier lieu, je pense que mettre un gri-gri sous les palmes avec un marqueur indélébile peut éviter pas mal d’ennuis. Ce gri-gri peut être vos initiales, un dessin (si on sait dessiner, ce qui n’est pas mon cas). L’intérêt de ce marquage est que vous retrouverez toujours vos palmes, par contre, il ne sera pas possible de les repérer au premier coup d’oeil.

Il y a aussi l’idée de donner un coup de peinture glycéro sur leur palmes, cela donne une personnalisation immédiate. Par contre, les palmes étant amenées inévitablement à entrer tôt ou tard en frottement (de façon involontaire bien sûr) avec une roche, cette peinture se dégrade assez vite et s’abîme rapidement (ce qui fait qu’on relâche des micro-particules plastiques dans la mer). Je ne recommanderais donc pas cette technique en définitive (même si je l’ai pratiquée).

L’utilisation de scotch d’électricien peut être une autre alternative : on place sur le long de la voilure (plutôt sur le dessus pour éviter les frottements inutiles) une ou 2 bandes de scotch de couleur plutôt sur une surface lisse pour permettre d’identifier facilement les palmes. Cette technique fonctionne très bien avec les palmes carbone dont la surface est bien polie.

Si on a les moyens, on peut acheter 2 paires de palmes de même modèle, mais de couleur différente, puis les mixer ensemble. Ensuite, on rajoute un système de personnalisation pour identifier simplement et rapidement les palmes, et non seulement, les autres plongeurs sauront que vous avez « dépareillé » votre équipement, mais on vous reconnaîtra à coup sûr sous l’eau !

J’ai vu aussi des entreprises qui propose des systèmes de flocage assez résistant (initialement destiné aux clubs de hockey subaquatique), mais qui peuvent être assez simplement adapté à vos palmes, et ce, pour une somme assez modique. Je peux donner en exemple l’offre proposé par la société more-sport. De plus ce type d’offre propose des modèles sur catalogue et de nombreuses possibilités de rendre vos palmes uniques !

Souvent les choses les plus simples sont aussi les meilleures : un simple sandow pour lier vos palmes ensemble sur le bateau les rendront solidaires et repérables par tout un chacun. Avant de partir plonger, il suffit de passer le sandow en double autour de votre poignet, de le glisser dans votre mesh-bag, ou encore plus simplement de le ranger dans une des poches de votre stab ! Quand on rentre de plongée, on ressort le sandow de la poche et le tour est joué, les palmes se « resolidarisent » immédiatement !

Si aucun de ces trucs ne vous convient, il y a aussi la possibilité de les garder tout le temps avec soi, mais je trouve cela un peu extrême et pas très pratique !

Et vous, vous avez d’autres trucs et astuces pour ne pas courir après vos palmes sur le bateau avant de vous mettre à l’eau ? Merci d’avance pour vos retours !

4 réflexions au sujet de “Comment ne plus courir après mes palmes ?”

  1. Perso j’ai la chance d’avoir des palmes avec un trou, les RK3.
    Elles sont donc accrochées à ma stab via un mousqueton d’escalade. Ça prends pas de place sur le bateau. Et lors de plongées du bord, ou en lac, sortir de l’eau avec tout le matos accroché ça a la classe quand même ^^

  2. Bonjour, moi pour reconnaitre mes palmes dans le tas fait avec toute les autres lors du dechargement du zodiac sur le pont de mise a l’eau du bateau de plongée, je fait 2 petits trous de 5mm a la foreuse a l’extremité et le plus possible dans les coins de la voilure de mes palmes , comme ils sont petits il ne change pas la poussée des palmes et a la maison ça me permet de suspendre pied vers le bas pour les laisser s’egouter.

    Cordialement, Eric M.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

porta. mattis Aenean elementum venenatis, amet, commodo et, libero Lorem ut diam
%d blogueurs aiment cette page :