Les 10 qualités d’un (bon) Guide de Palanquée

GP FFESSMLa saison dernière, j’ai pu contribuer à la formation de Guide de Palanquée FFESSM, organisée par le comité Départemental auquel mon club est adhérent. Outre le plaisir des rencontres avec de nouvelles personnes (ou les retrouvailles avec « d’anciennes » connaissances, comme mon ami L.) et de voir les stagiaires « enfiler » petit à petit le costume d’encadrant de plongée, et d’évoluer graduellement vers cette « N4-attitude », j’ai eu l’immense joie de voir les trois stagiaires de mon club être brillamment reçus à leur examen… C’est là une vraie récompense pour un moniteur, de voir ses apprenants être validés par ses pairs, en ce sens qu’il y a une reconnaissance du travail pédagogique effectué. Durant toute cette formation (et comme à chaque fois), j’insiste toujours lourdement sur l’humilité que doit avoir un (ou une) Guide de Palanquée. Parallèlement, dans le cadre de mes lectures professionnelles, je suis tombé sur un article très intéressant de Gaël Chatelain, blogueur et conférencier reconnu dans le monde du management. L’idée m’est alors venue de « pasticher » son article pour le décliner au monde de la plongée, j’espère qu’il ne m’en voudra pas trop pour cette appropriation !

Quand on déclare qu’un Guide de Palanquée doit faire preuve d’humilité, on a tout et rien dit à la fois, qu’est-ce que cela signifie en détail et plus particulièrement, quelles sont les 10 qualités essentielles d’un bon (ou d’une bonne) Guide de Palanquée ?

  1. Un bon Guide de Palanquée est loyal envers sa palanquée : si un des membres déniche un poulpe dans son trou, ou parvient à détecter un magnifique nudibranche, le Guide de Palanquée saura faire savoir quel plongeur l’aura vu et ne s’appropriera pas cette découverte.
  2. Un bon Guide de Palanquée doit être courageux : c’est lui qui, en toutes circonstances, prend les décisions pour assurer la sécurité de sa palanquée et tenter d’en garantir le bien-être. Être courageux ne veut pas dire oser braver le danger, mais bien au contraire, savoir ne pas céder à la tentation et rester dans une zone de confort pour sa palanquée.
  3. Un bon Guide de Palanquée sait décider : Il organise de façon claire et intelligible sa palanquée, en assignant une position dans l’espace à chacun des plongeurs qu’il encadre. Il précise parfaitement le parcours subaquatique qui sera effectué (et il tâche de s’y tenir !). De cette façon, chaque plongeur connaît son rôle, sait ce qui va se passer, et tout le monde est confiant et rassuré.
  4. Un bon Guide de Palanquée sait féliciter : quand un membre de sa palanquée adopte un comportement remarquable (aide sur le bateau, entraide avec les autres plongeurs, …) ou fait bénéficier aux autres membres de son oeil de lynx, le bon GP n’hésitera pas à le lui dire, tout comme, lorsqu’un plongeur de sa palanquée adopte un « mauvais » comportement, il saura trouver les mots pour factuellement expliquer que ce n’est pas la bonne façon de faire (sans entrer dans une engueulade, ou dévaloriser la personne).
  5. Un bon Guide de Palanquée est fiable : les plongeuses et plongeurs encadrés savent s’appuyer sur ses compétences et se sentent en sécurité avec elle ou lui. Il dit ce qu’il va faire, et fait ce qu’il a dit. Il ne change pas d’avis toutes les cinq minutes et annonce toujours un changement en l’expliquant et le justifiant (c’est là qu’une tablette immergeable est utile !)
  6. Un bon Guide de Palanquée sait donner du sens : avant la plongée, il enrichit le briefing du Directeur de Plongée, avec des éléments supplémentaires de sécurité, après la plongée, il débriefe sur la faune observée (en utilisant une plaquette illustrative de la faune locale) et apporte un conseil personnalisé à chacun de ses « pioupious » pour les aider à progresser.
  7. Un bon Guide de Palanquée est de bonne humeur : Il est toujours souriant, et a un petit mot gentil pour les plongeuses et plongeurs qu’il va encadrer. Il sait faire preuve d’aménité, c’est à dire qu’il s’attache à être affable, civil, poli et aimable. Il ne profère pas de paroles déplaisantes ou dévalorisantes envers qui que ce soit.
  8. Un bon Guide de Palanquée est disponible : il aide les plongeurs qu’il encadre à s’équiper avant de s’équiper lui-même, accueille dans l’eau sa palanquée, et en fin de plongée, il aide sa palanquée à se déséquiper et à ranger le matériel, il répond aux interrogations qu’on lui pose (sans soupirer et avec le sourire – voir le point précédent). Bref, il est dans la posture « Qu’est ce que je peux faire pour t’aider ? ».
  9. Un bon Guide de Palanquée n’est pas intrusif : Il sait s’effacer quand la plongée est terminée et que le débriefing est effectué, il ne se met pas en posture de domination par rapport aux plongeurs et plongeuses encadrés, et il sait respecter leur intimité.
  10. Un bon Guide de Palanquée est exemplaire : il est ponctuel, arrive un peu en avance, est en combinaison de plongée avant les autres, et fait en sorte que la sortie plongée se déroule de façon fluide. Il ne fume pas en sortant en sortant de l’eau, et ne boit pas d’alcool de façon excessive entre 2 plongées (idéalement, il boit de l’eau entre les plongées successives). Il ne redescend pas seul chercher l’ancre du bateau, il respecte les procédures de décompression. Comme c’est un modèle, il doit donner envie d’être un jour Guide de Palanquée…

Comme on le voit, les qualités cités ici relèvent plutôt du bon sens que de l’oiseau rare ! Cependant, il est quand même compliqué de les réunir toutes à tout moment et en tout lieu pour les GP…

Et vous, plongeuses et plongeurs encadrés, reconnaissez-vous votre Guide de Palanquée favori(te) ? Et vous, Guides de Palanquée émérites, vous reconnaissez-vous dans ce florilège ? Voyez-vous d’autres qualités à ajouter à cet inventaire ? Merci d’avance pour vos retours !

 

13 réflexions au sujet de “Les 10 qualités d’un (bon) Guide de Palanquée”

  1. Bonjour Philippe,

    Ce n’est finalement « que » du bon sens…
    En pleine réflexion pour m’inscrire (ou pas) au N4 cette année, je me dis que au moins, ces points-là me semblant évidents pour la posture, ce sera çà en moins à gamberger…

    Merci à toi 😉

    • Merci pour ton retour Éric ! Si tu te poses des questions pour y aller, c’est que tu vas y aller ! En plus en étant initiateur, c’est un vrai plus de pouvoir encadrer les premières bulles des plongeuses et plongeurs qu’on a formé en piscine !

  2. je rajouterai … ne culpabilise pas le plongeur qui n’a pas bien exécuté un geste technique, surtout devant les autres plongeurs … j’ai assisté à ce genre de choses …

  3. Finalement je dirais que ton analyse est d’abord un comportement humain, il y a ceux qui ont une maîtrise naturelle et ceux qui tentent d’avoir un Hora.

  4. Ma petite expérience de plongeur m’a amené à rencontrer des guides en structure et hors structure et en particulier à l’étranger ou je ne comprenais pas la langue. Avec trois mots balbutiés en anglais, tu suis ton guide et là tu t’accroches parce que pour toi l’inconnue devient double. La pédagogie naturelle prend tout son sens dans ce cas, car l’attention portée des deux cotés n’est faite que gestes appropriés pour que l’immersion soit la plus rassurante possible.si tu n’as pas de prédispositions a l’encadrement il ne vaut mieux pas ouvrir le chemin.

    • Ok ! Je comprends beaucoup mieux ! Effectivement, adopter un langage corporel compréhensible par tout un chacun est un vrai plus. Pour ma part j’insiste toujours pour que le brief ne soit pas que oral, il doit s’accompagner de gestes pour renforcer la communication.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

tristique quis Lorem tempus dapibus lectus dolor. ipsum sem, Praesent dolor
%d blogueurs aiment cette page :