Udako urpekaritza Donibane Lohizunen (Plongées estivales à Saint-Jean-de-Luz)

Cet été, ma binôme préférée et moi avions initialement prévu de partir en road-trip en Croatie, mais le suivi thérapeutique de mon affection en a décidé autrement ! Nos vacances se sont retrouvées écourtées, et nous avons dû organiser notre migration estivale en fonction du suivi mis en place. Nous avons donc décidé de poser nos palmes au Pays Basque dans un premier temps, puis de parcourir les Asturies (où j’ai eu la surprise de découvrir les origines celtes de ses habitants !). Comme à mon habitude, voici un petit compte-rendu de notre séjour subaquatique, en espérant que vous le trouverez intéressant !

Mon ami C. qui connaît bien la région, m’avait indiqué deux centres de plongée situés à Hendaye (Urpean et PlanetOcéan), où se trouve également la Base Fédérale de la FFESSM. Au vu de la fréquentation touristique de la ville d’Hendaye, nous avons plutôt opté pour la localité de Saint-Jean-de-Luz (où il y a néanmoins beaucoup de touristes, mais où il règne encore une ambiance de « petite » ville balnéaire où on prend le temps de vivre). J’ai effectué une recherche rapide, et grâce à mon ami Google, j’ai identifié trois centres de plongée dans la baie : Tech-Océan, Odyssée Bleue, tous deux situés dans le charmant petit port de Socoa, et Gurekin Plongée, situé quant à lui dans le port de La Nivelle dans le centre de Saint-Jean-de-Luz. Mon choix s’est porté sur ce dernier centre… Pourquoi me direz-vous ? J’ai privilégié la présence d’un parking gratuit, le calme environnant et la présentation du centre faite sur le site web tout simplement.

Lorsque nous sommes arrivés au Port de La Nivelle, j’ai garé notre van à proximité du centre de plongée, et nous avons amenés nos sacs de plongée devant l’entrée du centre. Je suis entré, et immédiatement, Carlos (le gérant du centre) nous accueilli en nous gratifiant d’un sympathique « et voilà donc la famille Jourdren ! ». Il nous a présenté à l’équipe de moniteurs, puis à Laura, la responsable de l’accueil, qui gère tout l’administratif (et avec qui j’avais échangé préalablement en lui fournissant nos CACIs et nos une copie électronique de nos cartes CMAS). Carlos nous a alors fait faire la visite du centre. Celui dispose d’une grande salle de convivialité, avec fauteuils et petit canapés, idéale pour remplir les carnets après l’immersion, et 2 vestiaires indépendantes, dotés de douches chaudes (le vrai confort d’un cente réside là !), dans lesquels nous avons pu laisser nos sacs en sécurité pendant la durée de notre passage à Saint-Jean-de-Luz. Carlos nous a ensuite montré les différents bacs de rinçage (instruments et détendeurs, combis et gilets) et les portants pour faire égoutter et sécher le matériel (les cintres sont aussi à disposition). Bref, le centre est très bien agencé, spacieux et confortable. Au niveau matériel, tout le monde plonge avec des blocs 12 litres double-sortie mis à disposition, ou des blocs 12 litres avec un Nitrox 32% (pour un supplément modique de 5,00 €). Les blocs sont chargés sur le bateau par les moniteurs, et, comme le dit Carlos, « vous êtes là en vacances, vous ne devez penser qu’à vous faire plaisir », Nous n’avons donc pas eu à porter nos blocs jusqu’au bateau : on gréait à bord, ce qui est très confortable !

Le bateau du centre, l’Arena, est une barge aluminium construite par le chantier naval Bord à Bord (chantier breton situé à Plestin-Les-Grèves, pas loin de mes terres d’origine !). C’est un bateau sûr, confortable et rapide, propulsée par deux moteurs hors-bord de 150 CV chacun. La mise à l’eau s’effectue après repérage du point d’immersion et mouillage d’une gueuse reliée à une bouée (Carlos reste en mobilité autour du point d’immersion pour récupérer les plongeurs qui ne remonteraient pas au mouillage). On se met à l’eau par palanquées successives par un saut droit « au coup de klaxon » après que le bateau soit positionné au plus de la bouée d’immersion. Pour remonter à bord, on emprunte une des 2 échelles perroquet à l’arrière du bateau (c’est le seul bémol que j’apporterais, j’ai trouvé les barreaux un peu courts, mais bon, je pinaille !).

À chaque plongée, un des moniteurs, Clément en l’occurrence, nous a fait un briefing particulier sur le site sur lequel nous allions plonger. J’ai trouvé ses briefs très clairs, précis, et ouverts, en effet, le brief nous permettait à chaque fois de pouvoir décider entre plusieurs options de parcours, ce qui est toujours agréable quand on est en autonomie ! Il n’omettait pas bien sûr la partir sécurité (perte de palanquée, panne d’air, rappel des plongeurs, …). Nous avons effectué trois plongées avec Carlos et son équipe (nous plongions uniquement le matin, et comme cela, nous disposions de l’après-midi pour du farniente et de la baignade sur la petite plage du fort de Socoa). nous avons donc plongé sur les sites de Beria, et d’Arroka.

Notre plongée d’adaptation s’est faite sur le site de Béria, c’est une sorte de mur qui culmine vers 9 mètres et qui présente deux faces (c’est logique !). La face exposée au ressac est plutôt un plan incliné assez lisse (le ressac est assez fort dans le coin !), tandis que la face protégée est plus abrupte et est constituée d’éboulis de roches. On se promène donc le long du mur en passant de roche en roche, avec quelques incartades du côté exposé (ça brasse fort par moment !). S. ma binôme préférée, que j’ai aussi surnommée « Oeil-de-Lynx » a déniché quelques beaux spécimen de doris dalmatiens (Peltodoris atromaculata), un congre commun (Conger conger) et surtout un lièvre de mer basque, aussi dénommé aplysie fasciée (Aplysia fasciata), qui nous a beaucoup intrigué, en effet je n’en avais encore jamais observé. Par rapport au lièvre de mer que l’on rencontre sur les côtes bretonnes, celui-là est plutôt du genre « Géant des Flandres » !

Les deux plongées suivantes ont été effectuées sur le plateau d’Arroka (ou Aroka, je n’ai pas réussi à savoir si il fallait mettre deux R ou un seul !). C’est un grand plateau pour lequel il faut plusieurs plongées pour en connaître les secrets. J’ai réussi à dénicher sur internet un plan du site (qui semble libre de droits), que voici :

Arroka
Le Plateau d’Arroka au large de Saint-Jean-de-Luz

Notre première plongée sur le plateau s’est faite sur le site « L’Arche », à côté de la grotte préhistorique (cette grotte aurait semble-t-il été habitée il y a plusieurs milliers d’années, la conformation des cailloux au sol a été faite par la main d’un de nos lointains ancêtres. Elle est par contre très petite, et si on y pénètre il faut faire attention à son palmage pour ne pas soulever (trop) de sédiments. Sur ce spot, on se balade dans le canyon central et on peut passer par des tunnels dans le canyon adjacent. Le site est majestueux. Notre deuxième plongée s’est effectuée sur le spot « Le Gruyère ». C’est un dédale d’enchainements de tunnels et de canyons, on s’y perd très facilement (d’ailleurs ça a été notre cas !). Pour se repérer, on revient sur l’accord de roche du plateau, et on longe jusqu’à retrouver le grand canyon central. C’est une plongée très sympa. S. et moi avions opté pour du Nitrox sur cette plongée, car le plateau culmine à 20 mètres, et on trouve très facilement la profondeur de 35 mètres, aussi cela nous a permis de limiter notre saturation et de profiter su site au maximum.

J’ai effectué un montage vidéo de nos plongées, visible ci-dessous :

Nous avons vu peu de poissons sur nos plongées… Clairement ce n’est pas là qu’il faut venir si on veut plonger dans un aquarium ! Par contre les ambiances de tunnels sur le plateau d’Arroka sont vraiment sympas (cela m’a rappelé quelques bons souvenirs d’ambiance sur les sites de plongée de Gozo dans l’archipel maltais… Le plateau d’Arroka ne m’a pas encore dévoilé tous ses secrets, il faudra que j’y retourne ! Je tiens à remercier sincèrement Carlos pour son accueil très amical, cela est suffisamment rare pour être ici souligné !

Et vous, avez-vous déjà plongé à Saint-Jean-de-Luz, ou sur la côte basque ? Quels sites recommanderiez-vous ? Merci pour vos retours !

4 réflexions au sujet de “Udako urpekaritza Donibane Lohizunen (Plongées estivales à Saint-Jean-de-Luz)”

  1. Bonjour Philippe,

    Je croise les doigts pour ton suivi thérapeutique.
    Tu me fais sourire avec cet article faisant rapport à un endroit qui n’est pas un aquarium le jour même où je publie un article contre les aquarium
    J’adore le genre de site d’Arroka où il y a des tunnels, canyons et autres anfractuosités. La vidéo donne bien envie d’aller jusque là.
    Merci pour ce retour

    Répondre
    • Merci Hélène ! Oui mon suivi de passe plutôt bien, c’est juste un peu prenant !
      Oui Arroka est un joli site, je me dis qu’une bonne dizaine de plongées doivent être nécessaires pour en faire le tour !

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :